Potter-magie
<center><div style="border: 2px dotted cadetblue;border-radius: 30px;box-shadow: 6px 6px 6pxcadetblue ; text: 2px 2px 6px ; width: 400px; height: 200px;overflow: auto; " >

Ce matin vous vous êtes levé sans savoir qu'aujourd'hui allait être un tournant dans votre vie. Vous ignorez encore que vous venez d'entrer dans le monde de la magie, non plus comme un simple spectateur, mais comme futur acteur. Des acteurs bien prometteur, peu importe votre âge ou à quel point vous êtes humains, tant que vous possédez un cœur capable de battre la chamade en connaissant l'amour, tant que vous avez un esprit capable de rêver l’inimaginable, vous êtes les biens venus. Dantremont l'école où vous allez apprendre à utiliser votre baguette, comme un pinceau pour la réalité. Vos chemins vous on conduit vers notre école, alors bienvenue!

</div></center>


亗 ☆ Potter-Magie ☆ 亗
«C'est un endroit magnifique pour être avec des amis...»
 
AccueilAccueil  PMPM  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Répartition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Répartition Sam 13 Oct - 6:00


Bienvenue à Dantremont




    Le hall d'entrée était plein d'élève. On voyait une nette différence entre l'aisance des septièmes années, sur d'eux et souriant de retrouver leurs amis, aux premières années ne connaissant personne ou presque et qui était complètement perdu par tant de nouveauté. Les valises s'entassaient dans contre l'un des murs du hall bloquant presque l'un des escaliers, mais comme le savaient bien ceux qui avaient déjà fait un rentrée à l'école, il fallait attendre dans le hall que les portes de la galerie des statues de glace s'ouvraient pour la traverser et enfin entrer dans l’amphithéâtre.

    Des professeurs empêchaient les nouveaux d'aller s'assoir n’importe où et leur montraient les rangés réservés aux élèves de premières années. Une fois tout le monde assit, ce qui avait prit un grand temps, les lumières baissèrent. Le silence s'installa de lui-même.

    Azure Cardan monta sur scène. Il prononça quelques mots de bienvenue. Puis, comme il avait sentit que c'était le bon moment, une immenses hibou gris entra dans l’amphithéâtre par une petite trappe dans le plafond. Il survola les élèves en hululant. Il vint se poser sur la tête d'une gargouille de bois qui empiétait sur la scène.

    Le directeur annonça alors le premier nom. Le première année monta sur scène, hésitant. Le directeur lui indiqua du doigt l'hibou. Le garçon tourna la tête vers celui-ci et son regard croisa celui de l'oiseau. L'élève ne bougea plus et, dans ses yeux, on ne lisait plus rien.

    Il se passa que peu de temps avant que l'enfant ne reprenne vie. Au même moment, les yeux du volatile devinrent violet.

    - Vorolla

    Cardan avait annoncé le nom de l'Allégeance de l'élève. Le hibou des sages avaient choisit. Le directeur déclara un autre nom. Chaque élève restait pétrifié quelques secondes avant que la pupille de l'animal ne change de couleur; pour que le directeur annonce la maison. Quand les yeux étaient violet, l'allégeance était
    Vorolla . Quand ils étaient vert, l'élève devait se plier au lois de Siprestange et quand la couleur de la pupille était rouge foncé, c'était Forcemont.

    Maintenant c'était à toi, Azure appelait votre nom. Tu monta sur la scène et plonger votre regard dans celui du hibou. L'amphithéâtre disparait dans un brouillard blanc. Il n'y a plus d'élève, plus de directeur. Vous vous retrouvez soudainement dans un autre monde, face à vous se dresse un palais, un homme s'approcha de vous.

    - C'est officiel, le roi, votre père est mort. Que comptez vous faire?

    ♜ La question tombe et c'est à toi de répondre un message rpg ♜
    ۝ Parles de tes choix de dirigeant, de ta vie aux palais et de ce que tu entreprenant ۝
    ◐ Une fois ton message posté, on t'annoncera ton Allégeance ◐
    hibou



Spoiler:
 

♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠




Dernière édition par Azure Cardan le Dim 14 Oct - 8:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Théo D'or Stella

avatar
Âge RPG : 23 ans
Baguette magique : Pommier - Fioliriase
Nationalité : Française
Patronus : Zébrule
Type de Sang : Sang-mêlé
Messages : 489
Citation : Un moment, il ne faut pas le décrire, mais le vivre
MessageSujet: Re: Répartition Sam 13 Oct - 7:48

Théo D’or Stella ne cessait d’être anxieux. Puisqu’il ne connaissait presque rien à la magie, il avait l’impression d’être jeté dans une arène, tel un gladiateur qui n’aurait jamais combattu. Il savait de quoi il en retournait, mais il n’avait jamais pratiqué l’art de la magie. Tout cela était tellement nouveau pour lui qu’il avait cette impression amère que tout allait se passer mal pour lui. Peut être lui dirait-on, tout comme à son père qu’il ne possédait aucun pouvoir magique, et qu’il allait devoir rentrer chez lui. Enfin, s’il avait vraiment un chez lui… Il n’avait plus rien pour lui, mise à part Dantremont.

Dantremont. C’était bien vague pour lui. Pour des raisons qu’il ne connaissait qu’à moitié, il n’avait pas fait le trajet avec les autres élèves, étant arrivé un peu plus tôt. D’habitude sociable, il aurait pu au moins parler avec d’autres élèves avant la Répartition. Or, on venait juste de le jeter dans cette cage, avec pleins d’autres enfants de son âge. Une cage, car il avait bien l’impression qu’on l’avait enfermé, dégagé de là où il avait l’habitude de vivre. Même s’il n’aimait pas ses habitudes. Peut être se faisait-il une mauvaise idée de son avenir…

Pendant qu’il réfléchissait à cela, il se retrouvait déjà en bas d’une estrade. Plusieurs élèves s’étaient déjà fait répartir à travers trois allégeances différentes. Il ne savait pas ce que cela voulait dire, une fois de plus. L’hibou semblait définir une personnalité à chaque élève pour l’envoyer dans une allégeance qui lui convenait le mieux. Du moins, c’est ce que Théo avait compris. Mais bon, il se demandait malgré tout comme un oiseau pouvait savoir où devait aller tel ou tel enfant. En tout, cela semblait important.

Ted n’entendit pas son prénom du premier coup. Il fallut qu’on lui répète une seconde fois pour qu’il commence à s’avancer. Ce n’est pas parce qu’il avait peur ou qu’il stressait, il était juste sceptique. Le directeur l’invita gentillement à regarder l’animal posé sur une gargouille. C’est ce qu’il fit et qu’au début, regretta. D’un coup, il se sentit plongé dans un brouillard, ni chaud, ni froid. Puis tout changea, il se sentit prit au ventre, et le décors se construit comme il l’aurait imaginé dans une situation pareil.

Un homme, un soldat en armure vient à lui, complètement paniqué. Il lui dit que son père fut mort. Son père, le roi. Le père de Théo était déjà mort, mais il sentit bien qu’on lui parlait d’une autre histoire. Il n’était pas la même personne. Il suffit qu’il regarda ses mains pour les voir meurtries et blessés. Il portait également une armure, mais aussi une écharpe, qu’il montrait qu’il était le prince.

Désormais, il était roi. Le roi d’une armée. Il leva les yeux et il vit autour de lui un gigantesque champ de bataille. A l’horizon, il voyait même un château fort complètement détruit. Il ne savait pas si c’était son château, ou encore moins à quelle époque il se situait. Il regarda l’autre militaire. Il n’était pas nécessaire de poser ce genre de questions, il aurait perdu tout crédit. Il attendait autre chose, des ordres sans doute.

« Mon père est mort en homme courageux, il s’est battu pour son peuple et nous a aimé. Hors de question qu’on ne lui rende pas la pareille. Nous avons l’avantage, nous allons continuer le combat. Je suis le nouveau roi, mais mon frère est encore vivant lui aussi. Je me joints à la bataille. »

Il ne savait pas si ce que la moitié ce qu’il avait dit était vrai. Mais il sentait qu’ici, c’était son histoire, un peu comme un rêve. L’histoire se modélisa sous lui, il sut que son père fut vraiment courageux, qu'ils avaient réellement l’avantage, et qu’il avait aussi un frère. Il devait en profiter, mais il trouvait ça trop facile. Il fallait bien se battre à un moment, et peut être que la difficulté se présenterait à ce moment.

Il enfourcha un cheval blanc, orné d’une corne. L’endroit était quand même magique. En revanche, il n’avait pas de baguette, juste un bouclier, et une épée à sa ceinture. Il ne le remarqua qu'à cet instant, et si dit que l’épée devait être elle aussi magique pour être si légère. Tant mieux. Enfin, plus ou moins, il avait beau avoir un minimum de courage, il ne se voyait pas tuer un autre homme, même s’il gardait en tête qu’il était en train de se faire tester pour la Répartition et que tout cela était faux.

Il avait beau faire du sport et aimer ça, sa condition dans cet autre corps n’était pas la même. Il était plus grand, plus fort, plus musclé, et cet aspect physique lui donnait plus de courage. Il devait mettre ça à profit. Il était désormais en plein champ de bataille. Le vrai, celui main contre main, poing contre poing, lame contre lame. Il descendit de son cheval et commença, instinctivement, à donner des ordres. Il n’était donc pas fait pour se battre, dans ce cas-ci, mais pour guider ses troupes. Tel dans un match de rugby, il se retrouvait être le stratège qui trouvait les combinaisons pour apporter la victoire.

Il ne savait pas comment, mais il connaissait les prénoms de ces gars. Il leur criait de reculer d’un pas pour éviter un coup, de prendre à revers, de frapper au moment opportun. De se servir des décors, des dénivelés du terrain, des pierres. Il trouvait que prendre du recul sur la bataille lui permettait de mieux voir les défauts et les qualités.

Bien entendu, lui aussi devait se battre. Mais il se tentant surtout d’esquiver. Il n’avait encore tué personne, car quand un soldat le voyait en danger, on venait vite l’aider. Malheureusement, il n’avait pas toujours quelqu’un pour l’aider et il le connut à ses dépends. Il commença à croiser le fer avec un autre homme. Il était surpris lui même de savoir si bien manier l’épée, et de contrer toutes les attaques de son adversaire. A vrai dire, ce dernier n’était pas franchement bon, et il avait plusieurs fois l’occasion de frapper un coup mortel, mais à chaque fois ceci le rebutait.

Ce fut peut être son erreur. Il sentit, mais sans douleur, quelque chose de tranchant lui traverser le dos, puis se retirer. Il n’avait pas surveillé ses arrières et l’ennemi l’avait eu. Avant de tomber, il vit qu’un de ses soldats tua les deux hommes, avant de se pencher sur lui, le regard paniqué. Il eu le temps de lui souffler quelque mots, avant de mourir.

« Mon frère. Ayez confiance en lui. On a presque gagné, je sais qu’on va gagner. J’ai confiance en vous. Que mon âme vous protège. »

Et il ferma les yeux. Quand il les rouvrit, il se retrouvait de nouveau dans la salle de Répartition. Il était un peu chancelant et palpa son torse pour voir si il n’avait pas d’entaille. Il avait bel et bien rêvé, et il semblait que quelques secondes se soient écoulées depuis qu’il était parti, alors que son périple avait duré une bonne heure. Il commençait à reprendre ses esprits, mais avant de s’en détacher, il sut au fond de lui que son armée avait gagnée… Il regarda le hibou et attendit la sentence, qui ne l’était plus, il se sentait déjà beaucoup mieux ici.
Revenir en haut Aller en bas
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Re: Répartition Sam 13 Oct - 9:12


Vorolla


♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠


Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Timoté Makela

avatar
Âge RPG : 15 ans
Baguette magique : Bois de Vigne ~ Ventricule de coeur de dragon
Nationalité : Finlandais
Patronus : Hirondelle
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 333
Citation : « Pour un plaisir, mille douleurs. » François Villon
MessageSujet: Re: Répartition Dim 14 Oct - 0:26

    Timoté était perdu. Ses parents l'avaient envoyé dans cette école parce qu'il voulait de réel résultat, que leur petit garçon devienne l'homme qu'il rendrait fier la famille et un digne successeur pour son père, combattant magique délite, mais pour l'instant c'était plutôt bon acteur se montrant sur de lui et pourtant il était toujours terroriser par la nouveauté.

    Bref, le jeune Makela se retrouvait dans le grand hall, un professeur lui avait indiqué de poser sa valais sur le tas d'autre sac et il était encore plus anxieux, bêtement, il avait peur de ne jamais retrouver sa valais, surtout qu'il n'y avait pas son nom dessus. Le blondinet avait besoin d'être rassurer et ce qui l'avait toujours rassuré, c'était de plaire, autant physiquement que. Il s'approcha de deux filles de son âge. Elle discutait ensemble de ce qu'elle découvrait du château. Il les aborda, comme il l'avait toujours très bien fait et ensemble ils se lancèrent dans une discussion sur l'école. Finalement, il ne fit pas son beau charmeur autant qu'il l'avait pensé. L'une des filles avait un grand frère qui était déjà à Dantremont et il lui avait plusieurs fois parlé du fonctionnement de l'école, ce qui intéressa et rassura le Finlandais.

    Ils n'eurent pas le temps de parler beaucoup plus, il sut juste qu'on devait regarder dans les yeux un hibou pour être envoyer dans l'une des trois Allégeances, le garçon ne connaissait même pas leur nom. Les portes s'ouvrirent et Timoté traversa curieux cette étrange galerie. Il fut s'installa avec les deux filles et continuer de paraître maître de la situation, pourtant intérieurement il était crispé en l'attente de son nom.

    Son nom vint, bien évidement, le blond se leva et monta sur scène contant d'avoir vêtu des habilles montrant si bien son corps d'athlète. Une fois sur scène, il salua le directeur d'un signe de tête et planta ses yeux droit dans le regard de l'animal.

    L'amphithéâtre disparut happé par un brouillard magique. Le beau finlandais laissa tomber le masque. La brume se disipa et un homme accourut vers lui.

    - Maître Timoté, votre père, le roi, est mort.

    Le finlandais était déjà parfaitement dans son personnage et ne fut même pas surpris d'être en train de chevauché un sombre dragon; même si au fond c'était logique, le garçon avait toujours admiré les chevaliers de dragon. Il regarda l'homme, puis ce qui l'entourait. Ils se trouvaient sur une simple tour dont la moitié du corps du dragon dépassait. Face à eux, de l'autre coté d'une paisible vallée se trouvait un magnifique palais. L'homme lui était un simple gardien, un de ses magiciens qui empêchaient tout dragon d'aller plus loin sans s'être arrêter à sa tour.

    - Je pars directement pour le palais, comment votre seigneur mon père est-il mort?

    - Officiellement d'une chute dans les escaliers, mais si vous voulez mon avis, maître, il s'est fait assassiné, votre père était dans tout sa vigueur dernièrement.

    Timoté remercia l'homme et fit s'envoler son dragon d'un mouvement de baguette. La créature magique déploya ses ailes et sauta dans le vide. Il plana au dessus de la vallée et dut battre des ailes pour remontait vers le château. Il se posa devant l'entrée et le seigneur Makela en sauta. Il s'engouffra dans le bâtiment sans saluer qui que soit; tandis que son dragon s'envolait derrière lui.

    Il traversa plusieurs salles en poussant les portes brusquement et en marchant d'un pas décider. Il savait aussi que son père n'avait pu mourir ainsi, on l'avait forcément assassiné, un chevaucheur de dragon ne mourrait jamais en tombant bêtement dans les escalier. Les gens s'inclinaient sur son passage et certains voulurent l'interpeller, mais le garçon resta muet, beaucoup se mirent à la suivre dans sa marche.

    Il finit enfin par arriver dans la salle du trône. Surprenant deux hommes en train de se disputer. La raison de leur dispute était claire, lequel des deux avaient réellement tué le seigneur et lequel devait monter sur le trône; ils avaient même déjà dégainer leur baguette magique. Timoté fut plus rapide. Sa main vola dans les aires et deux éclaires pétrifièrent les hommes.

    - Mes chers cousins, qui aurait-ce pu être d'autre? Il est vrai que la loi du sang n'est pas la règle dans ce royaume et j'en comprends les raisons, mais aucune lois ne stipule que l'assassin du roi ne doit monter sur le trône. C'est le premier digne d'être roi qui monte sur le trône si le trône l'en permet. Vous êtes tout les deux des héros de guerre et je comprends votre envie de ne plus être l'ombre de mon père, malheureusement pour vous vous n'aurez pas le temps de régner.

    Le finlandais passa sa baguette sur la nuque de l'un de ses cousins qui s'effondra, ses jambes plus jamais capable de le porter, il fit de même avec son autre cousin. Une fois les deux hommes au sol, Timoté monta les marche qui menait au siège royal. Non, il ne s'en pensait pas capable, mais il devait le faire parce que si non qui le ferait?

    Le garçon s'assit et la foule qui s'était alors amassé dans la salle l'acclama. On amena directement des tables, de la boisson et de quoi festoyé pendant toutes la journée. Le jeune roi descendit de l'estrade pour venir manger avec ses chevaliers.

    Ils rirent, burent, mangèrent. La fête battit son plein et Timoté en était le centre d'attention. chacun de ses gestes étaient imité, chacun de ses paroles acclamés. Il rit, but, et mangea. Le jeune roi avait rendu justice à son père et celui ci devait être fier puisque maintenant il lui succédait.

    Les premières lueurs du jour éclairaient déjà la chambre du souverain quand il s'y rendit. Il était vêtu presque uniquement de peau de bête et son torse entier était visible, il était ivre et accompagné de trois jeunes gens tout aussi ivre que lui. Le garçon se coucha sur le lit, ferma les yeux.

    Il revint à lui, ses yeux s'ouvrirent, même si il n'avait jamais été fermé et le garçon sembla un peu déstabilisé de revenir ainsi dans à la réalité. Il se tourna vers le directeur en attendant que celui lui annonce l'Allégeance qui décidera de son future dans l'école.
Revenir en haut Aller en bas
http://plume-du-soir.over-blog.com
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Re: Répartition Dim 14 Oct - 0:27


Forcemont

♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠


Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Drew Storm

avatar
Âge RPG : 28 ans
Baguette magique : 28,5 cm - bois de Sorbier - Ecaille de sirène
Nationalité : Canadien
Patronus : Loutre
Type de Sang : Ascendance Moldue
Messages : 139
MessageSujet: Re: Répartition Dim 14 Oct - 0:32

    Dans la grande salle, les futurs premiers années que Drew avait rencontrés sur le chemin de l’école étaient déjà répartis, les uns à la suite des autres. Alors que tous se bousculaient devant l’estrade, le jeune petit blond sentait de plus en plus de place autour de lui, de plus en plus de vide l’envelopper…

    Puis l’on claironna son nom. Le coeur du jeune garçon fit un bond de trop.
    La distance entre lui et l’estrade s’allongea et parut tout à coup plus longue qu’espérée. Drew sentait les regards s’écraser sur ses épaules. Les chuchotements misaient sur lui:

    - Non, gardez-le pour vous, nous les forcemontois on veut des garçons solides, pardi !

    - T’as vu comme il est mignon ? Je suis certaine qu’il sera répartit chez nous. Les Vorolla, nous au moins, on a tous du goût.

    - Tu parles, ça se voit dans son regard qu’il aime s’instruire, celui-là. Il est pour Siprestange, c’est sûr !

    Lors de ses premiers pas dans le château, Drew s’était empressé de suivre un groupe de grand bavards, deux filles et un jeune blond, en pleins débats sur les répartitions. C’est là qu’il avait compris qu’il allait devoir regarder un hiboux dans les yeux pour savoir à quelle classe il appartiendrait. Ici, chez les magiciens, on appelait ça des allégeances…, soit.

    Drew montait les marches de l’estrade et se répétait un peu plus fort qu’à lui même ce qu’il devait faire, d’après les rumeurs de couloirs:

    - Tu regardes le hiboux, tu regardes bien le hiboux. Et dans les yeux surtout. Surtout, dans les yeux. Pas à côté, pas en desssous, ne te laisse pas distraire par son bec corné, sinon tu ne finirais pas dans la bonne allégeance.

    Le jeune canadien lança un regard perdu au directeur qui lui fit mine avec un sourire rassurant de regarder l’hiboux, posé devant lui. Drew se tourna alors vers le rapace, ouvrant plus que nécessaire ses grands yeux bleus.

    - Bien droit dans les yeux, et sans cligner surtout !

    Mais les yeux de Drew dévièrent naturellement vers l’imposant bec de l’animal. Les écorchures qu’on y voyait prouvait que l’oiseau avait du vivre beaucoup de batailles en volière, ce qui lui assurait un air plutôt terrifiant. Mais appeuré par la rumeur qui disait que si l’on s’attardait sur les blessures du hiboux, celui-ci, par vengeance et par orgueil, répartissait alors l’élève dans une mauvaise maison, Drew releva dès lors d’un coup sec ses yeux bleus dans le regard du hiboux et se vit soudain paralysé.

    Le sol s’effondra et le garçon se sentit tomber…et tandis qu’il vit dans la brume des horloges et des pendules apparaître dans un vombrissement excessif, tout en bas une petit voix se fit entendre. Drew se voyait tomber et tomber encore dans ce long tunnel rempli de tic, peuplé de tac et surtout réglé avec minutie par d’immenses montres, horloges et flêches du temps.

    Tout en bas du tunnel, un petit garçonnet aux cheveux blonds comme les blés et aux grands yeux bleus, sanglotait quelques larmes et un peu d’aide. Une pendule imposante dépassa Drew, tombant plus rapidement que lui. Le gros meuble horloger visait le petit garçon, Drew fut pris de panique. Que se passerait-il si le temps s’effondrait sur ce petit enfant ? Que se passerait-il à présent, si son futur ne devenait plus que du passé ?

    Le jeune Storm tapa du pied contre l’une des parois du tunnel pour se faire descendre plus rapidement et reprendre sa place juste devant la pendule pour arrêter celle-ci dans cette course effrénée contre le temps. Dans sa chute, Drew put se rapprocher du meuble, tandis que son bras se fracassa contre la boiserie de la pendule, la faisant dévier quelque peu. Le sol se rapprochait, Drew vit de plus en plus nettement le petit garçon. Bientôt Drew attérirait, bientôt Drew finirait de tomber.

    Mais la pendule revint, renvoyée par la paroie du tunnel et percuta le jeune Storm. Le sol était bien trop proche à présent, et Drew s’effondra au sol, la pendule le suivit de près jusqu’à s’écraser sur ses jambes et le bas de son torse, le clouant contre le sol froid et humide du tunnel.

    Puisque Drew avait agit ainsi, le temps en avait fait sa victime, épargnant le frêle petit garçon...Drew sentait son corps le brûler et vit le jeune enfant finir ses sanglots, le regarder puis s’en aller dans l’obscurité en le remerciant…Drew en reconnaissait la démarche, c’était l’air innoncent qu’il portait lui-même lorsqu’il était plus jeune…Venait-il réellement de sauver un fragment, un souvenir de son passé ?

    - Qui vivra verra susurra la voix du hiboux en écho dans la tête de Drew tandis que ce dernier revint de son hypnose, le corps encore tout brûlant.

    Drew reprit son souffle, comme réveillé au mauvais moment et regardait appeuré le directeur pour en savoir un peu plus sur son futur …


♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠



Dernière édition par Drew Storm le Dim 14 Oct - 0:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Re: Répartition Dim 14 Oct - 0:40


Vorolla

♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠


Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Seth Matthew

avatar
Âge RPG : 25 ans
Baguette magique : bois d'acacia - 34,5 cm - plume de phénix.
Nationalité : Anglaise
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 14
MessageSujet: Re: Répartition Dim 14 Oct - 5:06

Seth n'avait bien entendu pas eu le choix pour l'école qu'il voulait intégrer. Lui qui voulait partir dans un pays étranger pour parfaire ses connaissances en langue, il se retrouva à Dantremont, en pleine campagne française. Ses parents étaient riches et ils voulaient le meilleur pour leur fils. Et pour eux, la meilleure école était celle où ils avaient eux même étudier étant jeunes.

Il y avait encore quelque chose de pire que de se retrouver dans cette école, c'est d'avoir un uniforme réglementaire ridicule ! Seth faisait très attention à son physique et il suivait la mode, mais pour lui, l'uniforme de Dantremont était une grosse faute de goût ! Quand il pense qu'il allait devoir subir cette horreur pendant un bon nombre d'années, ça lui donnait des nausées. Bon, après tout, il n'allait pas à l'école pour faire un défilé, il y allait pour étudier. Mais les études l'ennuyaient. Ses parents, voulant une famille parfaite, l'avaient obliger à prendre des cours de tout pendant toute son enfance, afin qu'il soit en avance sur tout le monde, une fois à l'école. Que les professeurs le félicitent pour ses excellentes notes et que les autres élèves soient vert de jalousie. C'était ainsi dans la famille Matthew, des gens en avance sur le temps pour toujours paraître les meilleurs.

Seth Matthew dépassa enfin les portes lugubres de ce château médiéval. C'était un peu la panique à l'intérieur. Il y avait des élèves qui couraient un peu partout, Seth se fit même bousculé par l'un d'eux. Il se mit en colère et cria contre celui qui était partit en courant vers une salle assez bruyante. Peut être que c'était l’amphithéâtre où se faisait la répartition.. Seth déposa sa valise avec les autres dans un coin du hall d'entrée et suivit le mouvement vers l'amphi. Là, un professeur lui dit de s'asseoir auprès d'autres élèves. D'habitude, il n'aurait pas suivit ce que lui demanda le professeur, mais là il ne fit aucune remarque.

Les noms se firent appeler les uns après les autres, le sien attendant toujours. Mais il arriva bien assez vite. Seth s'avança vers ce qui était apparemment le directeur, le salua d'un clin d'oeil et se mit face à l'antiquité qu'ils appelaient un hibou. Ses yeux plongea dans ceux de cette étrange créature et Seth sentit le vide se faire dans son esprit et autour de son corps. Un épais brouillard vînt brouiller sa vue et après quelques battements de bras, une autre monde apparu.

Il ne comprenait pas très bien où est-ce qu'il se trouvait, mais en tout cas, il n'était plus à Dantremont. Le château qui lui faisait face était ressemblant certes mais ce n'était pas la ruine qui allait lui servir d'école. C'est alors qu'arriva en courant une personne qu'il ne connaissait pas mais qu'il avait l'impression de connaître.

- Mon prince... Votre père, le Roi ... est mort.

Une douleur se fit sentir dans le coeur du jeune Prince. Il avait le souffle court. Toute cette réalité devint à présent sa vraie vie et il entra dans son personnage sans problèmes. La souffrance de la perte d'un être cher lui était insupportable. Il ne voulait pas y croire, son père, mort... Oh bien sûr, ils n'avaient jamais eu de véritable relation père/fils, mais c'était son devoir de Roi de faire son maximum pour son peuple avant sa famille. Seth l'avait très bien compris en tant que Prince. Et maintenant en tant que Roi de son royaume...

Seth reprit conscience de la situation et redressa sa posture pour exprimer une question à son interlocuteur.

- Parle, Henri, dis moi comment mon père est mort.

Il se sentait si mal en prononçant ces paroles. Quelques flash-back lui revint en mémoire, du temps où son père l'entraînait aux sortilèges et au dressage de dragon. Peu importe si son père était peu présent, à chaque fois qu'il était là, il était là uniquement pour Seth, son fils. Et le jeune prince le voyait comme son héros, un être invincible, pour toujours. Comme quoi, les enfants ont trop de rêves débiles...

- Il a été assassiné Mon Prince, par vos ennemis. Ils ont envoyé un espion pendant la nuit et celui-ci a poignardé votre père pendant son sommeil...

Seth se retourna vivement, faisant dos à Henri. Il était d'en une telle rage, que rien ne passait dans son esprit à part une idée de vengeance. Pourquoi avait-il fallut qu'il laisse son père aller seul au champ de bataille? Peut être que si il avait été avec lui cette nuit, Seth aurait lui même égorgé l'espion de ces scélérats. Il réfléchit beaucoup à ce qu'il allait faire. Il voulait affronter l'armée de ses ennemis à lui tout seul, tellement il avait envie de venger son père. Il passa une main dans ses cheveux et se retourna vers le fidèle serviteur.

- Henri, fait apprêté mon cheval. Je pars pour le camp, retrouvé la dépouille de mon père et venger son honneur.

- Mon Prince, ne souhaitait pas la vengeance, vous y perdrez aussi la vie ...

- Henri, mon père est mort ! Il faut que ses assassins payent pour ce qu'ils ont fait, peu importe si je dois moi aussi y laisser mon âme ! Allez, dépêches toi, mes soldats m'attendent...

- Oui ... Mon Roi....


Après que Henri lui ai apporté son cheval, Seth grimpa sur son dos et fonça sans se retourner vers la forêt qui entouré son domaine. Henri n'eut même pas le temps de souhaiter un dernier "bonne chance" au seul descendant de son défunt maître. Seth voulait réparer ce déshonneur. Après tout, c'est sûrement ce que son père aurait voulu.

En quelques temps, il arriva au camp des soldats. Ils avaient tous un air triste sur le visage, comme si ils venaient de perdre la guerre. A l'arrivée de Seth, ils redressèrent tous leur visage dans sa direction et le regardaient avec tant de compassion. Ils formaient tous un cercle autour de la tente royale, Seth s'y approcha et entra à l'intérieur. Près du lit, il y avait le général de l'armée, casque à la main, larme à l'oeil. Il releva la tête en direction de Seth et s'avança rapidement vers celui-ci.

- Oh Seth.... je suis désolé... Je n'ai pas pu protéger ton père...

Le général s'était jeté dans les bras de Seth et laissa à présent ses émotions prendre le dessus. Il se sentait tellement responsable que Seth devait le consoler.

- Fenrir, ce n'est pas de ta faute, j'aurai dû être là, avec lui, dans cette tente la nuit dernière...

- Ils t'auraient tuer aussi, heureusement que tu n'étais pas là !

Fenrir secoua Seth et se remit à pleurer dans ses bras.Il y avait à présent de graves décisions à prendre. Seth s'écarta des bras de Fenrir et s'avança vers la dépouille de son père. Une immense tâche de sang se faisait voir sur et sous le corps du Roi. Mais son visage était toujours le même, froid mais doux. Seth se retint de pleurer face à ses hommes, mais il s'agenouilla en prenant la main de son père.

- Père, dites moi quoi faire... Vous ne pouvez pas me laisser, je n'aurai jamais la prétention d'être un Roi aussi parfait que vous...

Il po nière fois le visage de son héros et partit de la tente sans se retourner. Fenrir le suivit. L'envie de vengeance lui revint comme un coup dans la figure. Il se redressa vivement, caressa

- Mes chers amis, en ce jour, nous avons perdu la plus grande de nos guerres, celle de servir notre Roi. Mais en tant que son fils légitime, je reprend dès maintenant les rennes du pouvoir.

Seth s'avança un pas de plus et haussa encore la voix pour bien se faire entendre par tout le monde. Ils avaient de nouveau le regard brillant, Seth était leur nouvelle lueur d'espoir. Ils arrivaient à penser qu'ils n'avaient pas encore tout perdu.

- Peu importe que nos ennemis soient plus nombreux, nous sommes plus forts ! Nous gagnerons cette guerre, pour notre défunt Roi, pour mon père ! Je vous jure sa son âme que je ne serai tranquille qu'après les avoir tous tués !

Seth prit sa baguette et la leva dans les cieux.

- La guerre est déclarée.

Des étincelles rouges sorties du bout de la baguette de Seth et transpercèrent le ciel de leur vive lumière.

La guerre se déclara entre les camps ennemis. Chacun des deux parties avaient leurs forces et leurs faiblesses. Aucune d'elles ne voulant abandonner ce pourquoi elles se battaient. C'est ainsi, que les jours passèrent, les semaines et les mois, les soldats mourraient à petit feu. Le peuple également. Mais Seth ne voulait pas voir le reste des troupes et des paysans mourir de la main de leur ennemi.

Quelques années passèrent, Seth avait prit de l'âge, il tuait à présent sans problème homme, femme et enfant du camp adverse. Sa soif de vengeance toujours inassouvie. Dans ses yeux, il n'y avait plus que de la haine et de la violence. Henri, Fenrir, et les autres de ses amis avaient déjà rejoint son père. Il n'y avait plus que sûr lui qu'il pouvait compter.

Mais vînt le dernier jour de cette guerre, les troupes ennemis enfin dissociées, leur Roi entrain d'agoniser de la maladie. Seth organisa une dernière escapade nocturne avec ses hommes pour achever le camp adverse définitivement. Ça lui rappelait les circonstances de la mort de son père, il n'y avait pas plus douce vengeance que de refaire les mêmes gestes que l'assassin de son père.

Sa troupe furtive était si proche de la tente royale, s'en était excitant. Il trancha le tissu de la tente et y entra sans problème. Comme il s'y attendait, leur Roi était seul, respirant difficilement entre ses draps. Seth se releva et s'avança lentement vers lui, fixant son visage avec rancoeur. Il prit le poignard à sa ceinture et leva celui-ci au dessus du corps du vieillard qui dormait paisiblement. Ça lui rappelait tellement son père...

- Pour toi, père... Après toutes ces années, ta conscience... est vengée !

Il abaissa la main, mais une douleur vînt le transpercer avant qu'il ne plante son adversaire. Seth baissa la tête vers son bas ventre, la main du Roi ennemi tenant un poignard planté dans la chair de Matthew. Seth se recula d'un pas, puis d'un autre, tenant le poignard encore implanté en lui et releva le visage vers le vieillard qui lui sourit avant de prononcer ses dernières paroles

- Tel père... tel fils...

Seth reprit ses dernières forces et il plongea, poignard en main, vers le lit et finit par tuer le Roi qui venait le planter aussi. Une fois le Roi mort, Seth s'agenouilla sur le sol. Il perdait tellement de sang, il savait qu'il n'en plus pour longtemps. Il rejoint difficilement sa troupe dehors, se fit transportée par elle jusqu'à la lisière de la forêt. Là, entre des mains inconnues, ils se rappelaient de ce qu'il avait dit à Henri le jour de la mort de son père... Il y avait finalement laisser sa vie. Mais son peuple était libre, ses troupes aussi et la mémoire de son père vengée... Crachant du sang, il ferma lentement les yeux et s'endormi pour un sommeil éternel...

Seth revint à la réalité, il se prit toute cette histoire dans les tripes et se sentit fléchir... L'amphithéâtre était de nouveau présent, tous les élèves et les professeurs étaient là, à le regarder presque vomir devant ce satané hibou. Seth se redressa rapidement, essuya son visage et attendit le verdict final....
Revenir en haut Aller en bas
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Re: Répartition Dim 14 Oct - 5:33


Siprestange

♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠


Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Valerian Black Potter

avatar
Âge RPG : 11 ans
Baguette magique : Bois de Peuplier
Nationalité : Anglaise
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 13
MessageSujet: Re: Répartition Dim 14 Oct - 9:07


Une nouvelle année commençait, une nouvelle année qui allait sûrement réserver encore plus de surprise, plus d’intrigues et plus de filles à draguer. Les vacances étaient passées vite, bien trop vite mais le jeune Black Potter était quand même heureux de retrouver Dantremont pour commencer sa cinquième année. Fière et fort de lui, Valerian Brian Maël Black Potter était un garçon d’origine anglaise venu étudier dans l’école de France car il ne voulait pas aller à Poudlard avec sa sœur et avait préféré fuir plutôt que rester. Cette fuite n’avait pourtant rien changé dans le caractère du garçon, toujours aussi sûr de lui, se croyant irrésistible et joueur de Quidditch. Ses cheveux bruns toujours décoiffés semblaient flotter dans le vent alors qu’il se trouvait dans une salle. Assis dans la salle, il regardait l’hibou habituel venir se poser sur son perchoir et le directeur appelait déjà le premier élève. Il souffla avant de se tourner vers une autre table d’Allégeance et de faire un clin d’œil à une fille qui le regardait. Il dirait troisième année à vue d’œil et d’un coup, son regard se tourna vers une autre jeune fille. Sur Olive, sa meilleure amie et il se rappela alors son premier souvenir dans l’illustre école française.

Ce n’était pas le stress qui régnait, non, il avait pris sa décision et la respectait totalement. Le jeune Valerian se trouvait dans le hall de l’école qui allait l’accueillir pendant sept ans. Il avait décidé de partir vivre en France, chez son oncle afin de ne plus être avec son père. Même si la séparation avec sa sœur avait été dure, il savait qu’il avait sa place dans le pays de Molière. Du haut de ces onze ans, il attendait avec impatience la rentrée dans sa nouvelle école mais il n’en savait pas plus car depuis sa naissance, on ne lui parlait que de l’école de Sorcellerie d’Angleterre, Poudlard. Et des maisons, Serpentard, Gryffondor, Poufsouffle et Serdaigle. Il savait que cela ne pouvait n’être que différent en France et en entrant dans le hall, il vit qu’il flottait trois sabliers avec trois noms différents : Forcemont, Siprestrange et Vorolla. Il ne savait pas encore à quoi cela faisait référence mais il ne tarda pas à le découvrir. Un professeur demanda à tous les premières années de venir vers lui et le jeune anglais, parfaitement bilingue se dirigea vers le professeur qui les emmena dans une salle qui était constituée de trois grandes salles où des élèves étaient déjà assis. Valerian était impressionné devant la grandeur de la salle mais sa curiosité s’arrêta quand son regard se posa sur la plus belle créature du monde. A côté de lui se trouvait une jeune fille qui semblait très stressé et le garçon lui souffla un mot.

-Tout va bien se passer, ne t’inquiète pas.

Valerian lui fit son plus beau sourire et la jeune fille lui répondit également, sûrement gêné qu’un garçon ne lui parle. Se détachant de la jeune fille, il entendit alors une voix s’élever, la voix du directeur et il suivit la trajectoire d’une chouette qui était rentrée par le plafond, celle-ci était fascinante mais à la foi effrayante, elle semblait pouvoir décidé de l’avenir de chacun. Le directeur appela un élève qui n’était point lui et une étrange action se passa. L’élève alla vers la chouette et quand les regards se croisèrent, les yeux de la chouette changèrent de couleur et un des noms qui était écrit sur un des sabliers se fit entendre. Le jeune homme comprit le système, la chouette devait lire en nous, déterminer qui nous étions pour nous répartir dans une maison, dans une allégeance pour les français. Valerian trouvait cela tout à fait fascinant et il observait ses collègues rejoindre la chouette avant de partir s’asseoir à une des tables. Ils n’étaient maintenant plus beaucoup à attendre et c’est à ce moment-là qu’il entendit.

-Valerian Brian Maël Black Potter

Le garçon s’avança vers le directeur avant de se diriger vers la chouette, soufflant un coup, il croisa le regard de la chouette et son esprit s’envola, loin de la salle, loin des yeux, loin du directeur, loin des élèves, loin de ses souvenirs, loin de tout. Il avait l’impression de voler, mais pas comme sûr un balai, voler sans rien, voler avec des ailes, les ailes de la liberté sans aucun doute. Plusieurs souvenirs se brouillèrent et sans comprendre ce qui se passait, il se retrouva dans un parc, habillé avec des vêtements qu’il ne connaissait pas. Valerian regarda autour de lui, le parc avait l’air immense et derrière lui se trouvait un château, un magnifique château. Un lac s’étendait là et le brun trouva tout cela d’une splendeur phénoménale. Avant qu’il ne puisse bouger, il vit du mouvement. Un homme d’une certaine d’année courait vers lui, Valerian fit quelques pas vers l’homme et en voyant son visage, un nom apparu dans son esprit.

« Sebastian »

C’était son serviteur, son précepteur, l’homme s’occupait de lui depuis sa plus jeune enfance et il n’avait pas l’habitude de courir pour annoncer au jeune maître que c’était l’heure du thé, tradition anglaise. Valerian fronça des sourcils devant le visage affolé de l’homme, cela n’annonçait rien de bon et cela ne pouvait qu’avoir un rapport avec son père parti en compagne afin d’étendre le royaume encore plus mais le château n’avait pas eu de nouvelle des gardes depuis plus d’une semaine et cela n’annonçait jamais rien de bon. Une fois que l’homme fut à ces côtés, le Prince demanda à son précepteur.

-Parle Sébastian.

-Prince, le Roi, votre père…Nous l’avons retrouvé mort près du vieux ruisseau.

Quand les mots furent prononcés, ses jambes bougèrent automatiquement vers le château, agissant plus vite que ne réfléchissant bien que son cerveau marche également aussi vite que ses jambes. Sébastian le poursuivait et rajouta à son maître.

-Que comptez-vous faire, Prince ?

-Nous devons absolument rentrer au château, ma Mère, la Reine et la Princesse sont en danger. Nous devons agir, et vite. Autrement, nos ennemis vont nous attaquer avant que nous nous en rendions compte.

Valerian arriva enfin au porte du château et poussa celle-ci afin de se diriger vers la salle du trône où toute la cour l’attendait ainsi que sa famille, sa mère et sa sœur. Les larmes perlaient toujours des beaux yeux des femmes de sa vie, quand il rentra dans la salle, suivit de Sébastian, tout le monde se tut face à l’homme qui était maintenant le nouveau souverain du Royaume. Il traversa la salle pour se mettre devant le trône. De s’arrêter souffler un instant avant d’annoncer à la population présente.

-Très chère Mère, Très chère Sœur, mes amis, mes compagnons. L’heure n’est pas à la réjouissante, Mon Père, Notre Roi a été retrouvé mort vers le vieux ruisseau et nous sommes tous attristé par cette soudaine mort. Mais, nous ne devons pas nous lamenter, cette perte est atroce, horrible mais nous devons d’abord penser à notre avenir à tous. Ainsi, refoulez vos larmes, reprenez courage en votre nouveau Roi et n’oubliez jamais que le Roi a donné sa vie pour nous, pour nous défendre et sauvez notre peuple. Je ferai en sorte d’être aussi digne et courageux que lui, ainsi, votre nouveau Roi est prêt à servir son peuple et à protéger son royaume. Cela ne sera pas facile mais nous ne pouvons pas attendre, nous devons dès aujourd’hui renforcer les barrières et envoyer des nouvelles troupes protéger les frontières. Cela sera tout pour l’instant, je vais dans mes appartements afin de chercher d’autres moyens de protéger le Royaume. J’attends que chacun de vous est prêt à se battre pour notre Royaume.

Avant qu’une personne ne puisse parler, il partit en repassant par le milieu de la salle avant de tourner vers la droite. Arrivant dans son appartement, il détacha la cape qu’il avait jusqu’ici avant de la déposer sur une chaise et que Sébastian, sa mère et sa sœur n’entre dans la chambre. Se tournant vers eux, l’homme parla d’abord à son précepteur.

-Sébastian, vous pouvez disposer. Je vous appellerais si j’ai besoin de vous.

Sébastian fit une courbette à son maître avant de disparaître dans un « plop » signe du transplanage. Sortant sa baguette de sa cape, Valerian la tournait dans ses dos, il faisait toujours cela quand il devait réfléchir. Cela l’aidait à ce concentrer dans les moments difficiles comme ceux-ci et sa mère voyant cela s’approcha de son fils.

-Mon Fils, je sais que vous êtes courageux et fort mais ne vous lancez pas trop vite dans la bataille. Je n’accepterai pas que vous décédiez comme votre défunt Père. Réfléchissez bien avant d’agir, je ne pourrai jamais porter deux poids sur mon épaule. J’ai cette lettre pour vous, mon Mari me l’avait donné avant de partir, elle est pour vous. Je me retire maintenant, nous nous verrons au dîner.

La vieille femme lui donna la lettre avant de sortir de la chambre et le frère et la sœur se retrouvèrent en tête à tête. Les yeux de la jeune fille était rouges et gonflés, quelques larmes perlaient toujours de ses beaux yeux et le Prince s’avança pour effacer les larmes de sa sœur avant de la prendre dans ses bras et de lui murmurer à son oreille.

-Ne vous inquiétez pas ma Sœur, tout va bien se passer.

L’enlaçade ne dura pas longtemps avant que la jeune fille ne parte également en laissant le nouveau Roi à ses occupations, son cerveau tournait mais ne trouvait pas de solution, il fallait qu’il agisse et vite, il savait que cela ne serait qu’une question de temps. Prenant le parchemin que sa mère lui avait donné, il le déplia avant de le lire.

Mon Cher Fils,

Si tu lis cette lettre, c’est que je ne suis pas revenu de mes croisades. Maintenant que je ne suis plus de ce monde, c’est à toi de prendre ma suite et de devenir le nouveau Roi. Je sais que tu es fait pour cela et que tu seras un très bon Roi.

Je crois en toi,
Prend soin de ta mère et de ta sœur,
Veille sur le Royaume,
Tom Père, Le Roi.


Valerian lut et relut la parchemin, cherchant le moindre indice qui pourrait l’aider à diriger son royaume, il jeta même plusieurs sorts pour voir si un message n’était pas caché, mais il n’en trouva aucun, son père ne lui avait rien laissé d’autre que ces quelques mots. Il fallait avouer que le nouveau Roi était déçu mais il cacha cela derrière une apparence, comme d’habitude, il devait se montrer digne. Il était prêt à diriger.
Revenir en haut Aller en bas
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Re: Répartition Dim 14 Oct - 9:42


Forcemont

♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠


Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Zayn Rogue

avatar
Âge RPG : 13 ans
Nationalité : Anglaise
Patronus : Biche
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 381
Citation : Mine - Taylor Swift
MessageSujet: Re: Répartition Dim 14 Oct - 9:45

* J'arrivait dans cette nouvelle école avec une tonne de bagages. Aujourd'hui était un jour particulier, le jour de la répartition. Je ne connaissais presque personne. En faite, je connaissais vraiment personne. Inquiet ? Déçus ? Non bien sûr, il était normal que je ne connaisse personne après tout, c'est un nouvel environnement. Bref, je laissa mes valises derrière moi et entra dans Dantremont, c'était vraiment chique et majestueux. Je me demandais vraiment si il pouvait y avoir tant de décoration autant sur les murs, que sur le plancher et même flottant dans les airs. C'était vraiment cool.

Ne sachant pas trop où allez je suivis un groupe d'élève et me dirigea vers une salle où l’écriteau affichait AMPHITHÉÂTRE. Un chouette nom. Rendu à cet endroit il y avait des centaines de personnes assissent ce qui me mis un peu de stress mais je continuais de sourire. Je décida d'allez m'asseoir près d'élève fille car avec les gars, je ne m'entends pas toujours bien avec eux... Je regarda le spectacle, déjà quelque élève avait été réparti. Après près de 3/4 d"heure se fut au tour de mon nom à sortir de la bouche du directeur qui avait une drole de chevelure, on aurait dit qu'il sortait directement d'un livre de Suzanne Collins. Bref, je m'avança devant un drôle de hiboux et après avoir croiser mes yeux avec les siens, tout devint noir et en quelques secondes, j'étais dans ce qui semblait être un château.

- My Lord, venez avec nous, votre mère doit vous annoncez quelque chose.

- Très bien, je vous suis.

* Moi un Lord, cool, j'approchais tranquillement avec une dizaine de soldat qui était vêtu de la tête au pied. Après quelques mètres nous arrivions à une table ronde typique. Ma mère, ma vrai mère, se tenait la un mouchoir à la main. *

- Mon fils, Assoyez-vous, ce que j'ai à vous annoncez est catastrophique.

- Allez-y Mère,

- Votre père est mort à la suite d'une partie de chasse. Les ennemis lui ont tendus une embuscade.

* Mes yeux devinrent rouges sang *

- Ce qui veut dire que vous êtes désormais roi...

* Je ne savais comment réagir, j'étais tant chagriner. En même tant, j'avais un peuple à faire vivre et surtout protéger. Je me leva, prit siège dans la place du roi. Pensa quelques secondes et m'adressa à mes chevaliers et surtout ma mère... *

- Nous devons venger l'honneur de ma famille, chevalier préparez vous à la guerre. Personne ne salira le nom des Rogue's. Soyez fier et honnête et la victoire sera nôtre.

* Je disparue ensuite dans mes appartements, m'habilla en vrai roi, enfourcha mon épé et disparue sur mon cheval. Avec moi, une centaine de chevalier et une vingtaine d'archer. Nous marchions lentement, tous camouflé par la nuit. Je décida de lancer une fausse attaque par la gauche pour distraire les gardes. Le roi lui se tenait dans une tour, à la droite de la ville. Ainsi, moi et une dizaine de chevalier pendant que les gardes ennemis s'occupait de la gauche, nous nous montâmes sur les palissades et une fois dans la ville nous nous dirigions vers la tour.

Mes gardes s'occupaient des gardes du roi tandis que moi je me faufilais un chemin au travers des gardes pour rencontrer le roi ennemi. Rendu devant lui il me fit un sourire moqueur *

- Voilà le fils de celui que j'ai tuer...

* Cette seule phrase me permis de prendre mon épé et de lui glisser un coup qui lui trancha la tête. La guerre arrêta net. Maintenant, j'étais le chef de toute la province. Je fis le ménage de la ville et réuni mes deux villes ensembles pour vivre en harmonie. Ma deuxième grosse action après la guerre fût de légaliser les mariages du même sexe. Au château, j'étais avec ma mère qui encore une fois ne cessait de me répéter qu'elle était fier de moi, la famille et l'amour ont toujours été mes deux valeurs que je protège et protégerai toujours...

Je me coucha pour ensuite revenir à Dantremont et voir les yeux de la chouette... *

Revenir en haut Aller en bas
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Re: Répartition Dim 14 Oct - 10:06


Vorolla

♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠


Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Violette Temb

avatar
Âge RPG : 16
Baguette magique : Bois de rose - Poil de Licorne
Nationalité : Anglaise
Patronus : paon
Type de Sang : Inconnu
Messages : 2680
Citation : Au fils du temps on apprend beaucoup de la vie!
MessageSujet: Re: Répartition Mar 16 Oct - 23:16

Violette s’avança dans le long hall qui mène à la galerie des glaces. Elle avait mis de petit talon pour rehaussé sa taille qui lui donnais à la fois une démarche gracieuse mais par moment un peu incertaine. Le bruit de ses pattes raisonna dans le long couloir aussi quelque élèves se retournèrent pour voir qui faisait tous se bruit.

La jeune rousse était loin d'être rassuré pour son premier jour, elle ne savait vraiment pas à quoi s'attendre. En même temps un étrange sentiment de déjà vu s'empara d'elle. Etais-se bon signe? Elle n’aurait pu le dire. Elle laissa son regard courir sur l'architecture de pierre froide, se surpris à rêver éblouie par tant de grandeur. Une voie la ailla:

-He! vous là arrêté de rêvé il est tant d'entré!

Elle sursauta et se rendit compte que tous autour d'elle s’engouffraient dans l’immanence salle des glaces. De quelque légers pats elle rejoint le groupe et fus très vite dirigé vers une place. La répartition commença les élèves se succédèrent les 1 après les autre jusqu'au moment où se fut enfin son tour. D'un pat leste elle franchit les quelque mètre qui la séparais de l'estrade. Mais au moment de monté les marches elle trébucha, s’étalant de tous son long devant les élèves qui se mirent à rient. Décidément se dit-elle je ne changerai jamais! Réussir à se faire remarquer de telle sort dès le premier jour c'est tous moi. Elle se releva désabusé fini de montré les quelque marches et se mit fixement face au hibou plongeant ses yeux vert dans les siens.

Elle se senti comme propulsé dans un nouveau monde. Elle se trouvait à présent dans le jardin d’un gigantesque château. C’était une tiède fin d’après-midi, elle marchait pied nue le long d’un chemin de pierre qui était encore chaude de la journée. L’aire embaumait de l’enivrent parfum des fleurs qui ployais sous le poids de leur pétale. Elle tenait à la main un bouquet de rose, l’une d’elle presque fané laissa échapper quelque une de ses pétales qui s’éparpillaient sur le sol.

Violette regarda le ciel qui était jusqu'à présent limpide. Elle constata qu’il s’assombrissait et songea « il faudra bien tôt que je rentre » juste au même moment une dame toute essoufflé fit son apparition devant elle. Elle était vêtue d’une robe rouge orné de broderie d’or et d’argent et portait un collier fin serti joyaux. Ses atours montraient sa noblesse. Elle fit la révérence et prononça quelque mot avec difficulté tant elle était essoufflé.

-Ma demoiselle….ma demoiselle venez vite votre….votre père le roi est…est mort.

A cette nouvelle violette lâcha son bouquet de rose et se précipita dans le palais. Elle avait donc un père, elle qui n’avait aucun souvenir de son passé. Un gout amer s’insinua dans sa bouche et des larmes nouées de rage coulèrent le long de son visage blême. Le jour où elle apprenait qu’elle avait un père se père mourrait elle se dit « que ce jour soit maudit ».

Elle suivait à présent un long couloir sombre, c’était comme si elle connaissait se chemin par cœur, comme si elle l’avait parcours des centaines et des centaines de fois. Elle finit par arriver vers la salle du trône. C’était une grande salle majestueuse aux colonnes de marbre serti de mille et une pierres précieuses. Sur le sol central de la pièce se trouvait une immense gravure dans la pierre qui représentait 2 serpents entremêlé autour d’une pomme. L’un des côté de la pomme était moisi et laissait entrevoir quelque vers ainsi que la tête d’un des 2 serpents qui paraissait mort, l’autre côté était au contraire lisse et aurai presque donné envie s’il n’y avait pas eu la tête du second serpent qui montrait ses Cros. Violette savait que se dessin représentait les armoires de sa famille. La pomme représentait la beauté de la noblesse et le serpent la férocité du pouvoir. Le côté moisi de la pomme représentait la cupidité des hommes et le serpent mort la mort des hommes. Cette armoirie voulait dire homme beau et vaillent par votre férocité et votre cupidité prenez garde à la mort qui vous guète.

Violette avança vers le brancard ou gisait le corps inerte de son père. Sa mère les larmes aux yeux était agenouillée accoté du brancard. Quand la reine aperçu sa fille elle murmura :

-Approche mon enfant.

Violette savait que c’était sa mère et c’était comme si elle l’avait toujours connu comme son père le roi. La jeune fille se trouvait un peu idiot d’avoir de telle réflexion à un moment si critique elle pensa « oublions toute ses réflexions idiot et concentrons-nous sur le moment présent ma mère a besoins de soutiens ».

La rousse s’agenouilla au côté de sa mère :

-Mère je croyais que l’état de père c’était amélioré depuis sa maladie ! Comment cela se fait –il qu’il soit mort si soudainement ? Ne pensez-vous pas qu’il aurait pu être assassiné ?


La reine regarda sa fille d’un aire abattue :

-Mais non c’est impensable…! Nos expert n’ont trouvé ni trace de poison dans son sang, ni morsure, piqure ou même coupure…rien ! Sa maladie l’a emporté.


-Et même par magie ? Vous savez mère depuis que mon père a bannie la magie du royaume il s’est fait beaucoup d’ennemie !

Soudaine la reine pris un aire courroucé :

-Il suffit petit isolante…ne voyez-vous pas que je suis déjà assez abattu par cette nouvelle qui m’accable. Votre père le roi sera mort de la mort que je vous dirai et il n’en sera point autrement !


Violette regarda sa mère d’un regard haineux :

- Vous…vous l’avez tué ! Et tout ça pour prendre le pouvoir…je vous hais.


La fille aux yeux verts tira sa baguette de sa robe. Sa mère la fixa d’une aire étonnée :

-He oui mère pensiez-vous que j’allais la jeté, je l’ai toujours gardé avec moi et pourquoi ? Pour me défendre de personne comme VOUUUUUUUUUUUUUSSS !
Elle prononça un sortilège et juste au moment où le jets de lumière allait sortir elle fut projeté dans un tourbillon de couleur.

Violette sortant de son hypnose se trouva nez à nez devant l’oiseau, sa vue se brouilla et elle s’évanouit.








Revenir en haut Aller en bas
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Re: Répartition Mer 17 Oct - 7:02


Siprestange

♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠


Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Siily Duncan

Âge RPG : 15 ans
Nationalité : Québecoise
Patronus : Chaton
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 398
Citation : « Un philosophe écrivit un jour « Sommes-nous humains parce que nous contemplons les étoiles ou les contemplons-nous parce que nous sommes humains ? » Sans intérêt aucun. Les étoiles nous contemplent-elles en retour ? Voilà une question digne d'être posée.. »
MessageSujet: Re: Répartition Ven 19 Oct - 9:48

Siily s'était levée avec le sourire ce matin là. Comme toujours me direz-vous, mais aujourd'hui c'était bien différent. La jeune fille allait rejoindre les rangs de Dantremont et elle en était extrêmement excitée! Poudlard avait finie par la lassée. Avec tout ces sorciers qui se croient meilleurs que tout les autres, leurs rumeurs à la con et leur constante compétition entre toute les maisons qu'elle avait toujours trouvée stupide, la jeune fille ne regretterait pas son choix. Siily avait fréquentée le collège de Poudlard pendant quatre années. Et sur ces quatres années, elle avait remportée la coupe des quatre maisons trois fois. Oui, il faut avouer que la bombe instaurée par ses collègues Gryffondor en deuxième année n'avait pas plu au directeur.. Mais bon, passons à autre chose.

Dès qu'elle mis son pied dans le Hall de la grande école de Dantremont, la jeune fille eut envie de s'enfuir.

* moi et mes bonnes idées.. si je ne serais pas là, il faudrait m'inventer! * pensa-t-elle.

Car on a beau dire ce qu'on voudra, quitter ses amis, ses professeurs, ses locaux, bref, son école qu'on fréquente depuis quatre ans, c'est un peuuuuu angoissant de se retrouver dans un nouveau lycée, un lycée complètement différent surtout quand tu ne connais personne. Mais bon, Siily ne perds pas la face souvent donc elle prit une grande respiration puis reprit son assurance. Sur la lettre d'admission, c'était écrit de se rendre à l'amphithéâtre pour la cérémonie de répartitions. L'amphithéâtre, Siily n'avait aucune idée d'ou elle se trouvait. Par chance, un groupe d'élèves environ du même âge qu'elle. Avec sa grande subtilité, elle décida de les suivre... Ils marchèrent pendant quelques minutes. Siily était émerveillée par tout ce qu'elle voyait. Et puis lorsqu'elle vit l'écriteau avec écrit dessus; Amphithéâtre, la jeune fille réalisa qu'elle était bel et bien arrivée à destination. Elle entra dans l'immense salle.. Magnifique.

La cérémonie commença alors quelques minutes plus tard. Des élèves allaient sur la scène, puis revenaient, contents pour certains, et déçus pour d'autres, Azure avait prononcé le nom Siily Duncan. C'était maintenant son tour. Je monta sur la scène et plongea mon regard dans celui du hibou. L'amphithéâtre disparut dans un brouillard blanc. Il n'y a plus d'élève, plus de directeur. Siily se retrouva seule, soudainement dans un autre monde, face à la jeune fille se dressa un palais, un homme s'approcha de Siily.

- Siily... J'ai essayer .. J'ai essayer de tout faire.. Mais.. j'ai échoué.. je suis tellement désolé..

Charles était en sanglot. Mon fidèle allier, mon meilleur ami, mon serviteur. C'était celui qui s'occupait de moi depuis ma tendre enfance, mais aussi le bras droit de papa. Lorsque nous étions seuls, Charles agissait comme mon meilleur ami. Mais devant les autres, il s'était donné l'obligation de rester professionnel et d'agir en noble serviteur. Charles était partie en guerre, c'était le préféré de papa, il l'avait donc emmené pour le servir et le protégé.

- Papa... il est... il est mort..

- Oui Siily je suis désolé je n'ai pas pu empêcher ce qui est arrivé...

Charles pleura de plus belle. Moi, j'étais seulement sans émotions. Toujours sur le choc, je ne réalisait pas les mots de mon serviteur.. Papa était mort! Le vent soufflait sur la colline, les cheveux rouges dans le visage, les yeux grand ouvert mais sans aucune goutte d'eau qui tombait..

- Mais attends un peu.. Charles essuyant ses larmes et reprit tant bien que de mal son calme. Tu es l'héritière! Siily tu es désormais la reine du palais!! Siily TU ES REINE !!!!!!!!

Je regardais Charles. Il avait bien raison. J'étais devenue reine. Amy étant quelques années plus jeune que moi ne pouvait hériter du trône. J'étais reine du palais de papa, qui était devenue mien. J’étais sensé être heureuse, mais pourtant, la boule dans ma gorge ne me quittait pas. Charles me ramena au palais, ou plusieurs servantes prirent soin de moi. Me brossa les cheveux, me revêtit de la robe la plus magnifique qu'elles auraient pu me concocter et me mit sur le trône.
Je faisais face à mon peuple. Je me levai debout et commença à parler.


- Mon père, le Roi Dimitri était bon, aimable et indulgent avec tous, et son dévouement ne connut point de bornes. Il était aimé de tous et tous ceux qui l’ont connu l’ont honoré de leur estime pendant sa vie et l’accompagne dans leurs regrets après sa mort. C’est donc pour ces raisons que je vais aimer mon peuple, comme lui la aimé. Ce royaume sera digne de celui qu’on appelait le Roi Dimitri. Restons fiers et droits devant cette épreuve mes amis, car l’honneur d’un père fait la gloire de ses enfants.

Sur ces mots, je quittai le trône et m’effondra dans les bras de celui qui saurait s’occuper du royaume avec moi, Charles.

Siily ouvra les yeux, cette fois ci, elle était devant tout l'audience de l'amphithéâtre et fixa les yeux du hibo
u.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.time-turner1914.forumactif.com
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Re: Répartition Sam 20 Oct - 19:33


Forcemont

♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠


Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Ruth Rumpelstiltskin

avatar
Âge RPG : 11ans
Baguette magique : Bois d'hêtre et poile de licrone marine
Nationalité : Anglaise.
Patronus : Lion
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 1198
MessageSujet: Re: Répartition Lun 29 Oct - 12:37

Dantremont, l'école où avait été envoyé Ruth pour y apprendre la magie. Comme si c'était l'unique endroit au monde où elle devait absolument y être. Ruth n'appréciais guerre cette endroit bondé d'élèves. Encore moins toutes ses personnes qui ce bousculaient pour entré dans cette grande salle, où tout le monde l'appelait "l'Amphithéâtre".

Dans le hall, tout le monde était impatient, nerveux, stressé.. L'idée de se retrouvé devant une centaines d'autres élèves ne dérangeait pas Ruth, bien au contraire ce qui la tourmentait était bien ce qui allait suivre, ne sachant trop ce que c'était, restant à l'écart des autres, elle ne fit que suivre les autres.

Ruth finit par ce tenir debout devant cette scène où ce trouvais le directeur, qui, l'un après l'autres, appelait les jeunes élèves pour monté devant lui, pour ensuite, lui indiqué la chouette. Tout cela ce fit étrangement, chaque élèves était comme absorbé par le regard de cette chouette. Lâchant un long soupir tout en regardant autour d'elle, impatiente de passé son tour pour que tout cela ce termine vite. Jusqu'à ce que ce nom raisonna dans la salle.

Ruth monta sur cette scène et fit face à la chouette. Le regardant dans les yeux, elle eût un sourire amusé jusqu'à ce qu'en un rien de temps, elle tomba dans un brouillard blanc, son sourire s’effaça rapidement, tout était devenu lourd, tout autour d'elle était flou, jusqu'à ce qu'elle tomba au milieu d'une pièce pleine de meuble, mais il n'y avait personne d'autre qu'elle. Le décor avait changé, tout était différent. Tournant sur elle même, regardant tout ce qu'il y avait autour jusqu'à ce qu'un claquement de porte ce fit entendre. Un homme avança et se mit a genoux.

- Votre Altesse..

- Redresse toi William.

Ruth connaissait cette homme, ce visage. Il était toujours a ces côté, depuis son plus jeune âge. C'était son Valet, l'homme qui devrait toujours être là si un jour, l'un des membres de la famille décède. William était la seul personne après son père en qui elle avait le plus confiance, en qui elle pouvait montré tout sa colère tout comme sa tristesse.

- Que ce passe t-il ?

- C'est à dire que.. votre père est mort durant ce cours voyage qu'il faisait avec ses gardes.

A peine avoir entendu ces quelques mots, Ruth détourna le regard. Un léger picotement ce fit dans sa poitrine, comme si on le lui avait arraché une partit de son coeur. Cette douleur lui commençait a s'empiré, tout devint très étrange. Le goût de cette souffrance était bien là, à ce moment même. Ruth réfléchit quelques instants, et prononça a l'adresse de son ami William.

- Nous devons être à la hauteur pour notre royaume William. Et faire en sorte que personne n'essaye de quelconque façon de le détruire. Mère nous a quitté il n'y pas longtemps, et maintenant, c'est père qui n'est plus parmi nous.. Je dirigerais les gardes de père, et je continuerais a faire régné paix et respect dans tout ce royaume. Tout ce qu'il faut, c'est que l'ont restons fort.. M'aidera tu William ? Continuera tu de resté à mes côtés ?

Ruth c'était tourné face à son Valet, la seul personne chère qui lui restais, la personne dont elle avait besoin pour continué a marché paisiblement. Rien que son réconfort lui redonnais le sourire, et elle n'avait besoin que d'une seul réponse pour cela.

- Oui votre Altesse, je restera la, à vos côté. Comme je le fais depuis ces 11 ans passé.

Ruth se sentais à présent mieux. Après ces mots échangé, tout ce transforma en un brouillard blanc, tout tombé morceau par morceau jusqu'à l'arrivé de l’Amphithéâtre. Ruth ce retrouva devant cette chouette, clignant des yeux, espérant que tout était enfin finit.
Revenir en haut Aller en bas
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Re: Répartition Mar 30 Oct - 5:06


Siprestange

♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠


Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Répartition

Revenir en haut Aller en bas

Répartition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Potter-magie :: Dantremont :: Amphithéâtre-
Sauter vers: