Potter-magie
<center><div style="border: 2px dotted cadetblue;border-radius: 30px;box-shadow: 6px 6px 6pxcadetblue ; text: 2px 2px 6px ; width: 400px; height: 200px;overflow: auto; " >

Ce matin vous vous êtes levé sans savoir qu'aujourd'hui allait être un tournant dans votre vie. Vous ignorez encore que vous venez d'entrer dans le monde de la magie, non plus comme un simple spectateur, mais comme futur acteur. Des acteurs bien prometteur, peu importe votre âge ou à quel point vous êtes humains, tant que vous possédez un cœur capable de battre la chamade en connaissant l'amour, tant que vous avez un esprit capable de rêver l’inimaginable, vous êtes les biens venus. Dantremont l'école où vous allez apprendre à utiliser votre baguette, comme un pinceau pour la réalité. Vos chemins vous on conduit vers notre école, alors bienvenue!

</div></center>


亗 ☆ Potter-Magie ☆ 亗
«C'est un endroit magnifique pour être avec des amis...»
 
AccueilAccueil  PMPM  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Sourire à la Vie (PV : Seth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Valerian Black Potter

avatar
Âge RPG : 11 ans
Baguette magique : Bois de Peuplier
Nationalité : Anglaise
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 13
MessageSujet: Sourire à la Vie (PV : Seth) Dim 14 Oct - 12:12

Valerian dormait dans son lit, son visage était doux, calme, beau même d’après certaine fille même d’après presque toutes les filles de l’école. L’Anglais s’offrait une bonne grasse matinée après avoir fait la fête toute la nuit avec son Allégeance pour fêter la nouvelle année. Il avait une fois de plus organisé la fête avant de s’éclipser avec une jeune fille vers quatre heures du matin pour finir sa nuit en bonne compagnie d’une troisième ou quatrième année, qu’elle importance ? Aucune. De toute façon, il aura sûrement oublié son visage le jour d’après. Un des privilèges d’être en cinquième année, c’est qu’il ne partageait sa chambre qu’avec un seul garçon qui se trouvait ivre mort sur un des canapés de la salle commune, ainsi, ils ne seraient pas dérangés par quelconque manière. C’est donc tranquillement qu’il fit son affaire avant de renvoyer la jeune fille dans son dortoir, ne dormant jamais avec les filles, préférant avoir son lit double pour lui tout seul et qu’elles ne l’entendent surtout pas parler quand il dort, cela pourrait nuire complètement la réputation qu’il s’était forgé depuis cinq ans. Ainsi, les yeux de l’Anglais commençaient à s’ouvrir légèrement. Il avait heureusement pris soin de fermer les rideaux d’un coup de baguette magique durant la nuit pour pas que le soleil ne le sorte des bras de Morphée. Baillant, il resta néanmoins les yeux fermés dans le but de continuer encore un peu sa nuit mais le réveil de son colocataire en décida autrement puisqu’il commença à sonner et le dit colocataire ne semblait pas présent dans la chambre. Essayant d’abord d’ignorer l’appel de l’objet maudit, il ne put que balancer un coussin dessus pour étouffer le bruit, ce qui marcha pour le plus grand plaisir des oreilles du dormeur.

Se levant enfin, le cinquième année sortit de son lit en boxer avec les cheveux encore plus en pétard que d’habitude, son mal de tête habituel se faisait sentir et il avala vite une potion pour se remettre en état avant d’aller manger, il avait une réputation à tenir, que croyiez-vous ? Valerian Brian Maël Black Potter devait toujours être irréprochable et faire sa tête d’ange afin d’obtenir ce qu’il voulait que cela soit des filles où des professeurs, son charme marchait sur la plupart des personnes qu’il rencontrait et il ne pouvait en être que fier. Se levant donc, il avança jusqu’à la salle de bain dans le but de prendre une bonne douche et de se débarrasser de l’odeur qu’il avait sur lui. Après sa bonne douche mériter, il se mit devant son miroir et lu l’inscription qu’il avait fait graver.

Je suis ce que je suis et tu es qui tu es et pourtant, ma vie ne prend un sens que quand je la vis par moi-même. Alors vis la tienne pour mourir en paix.

Cette phrase était là pour lui rappeler chaque jours le chemin qu’il avait choisi de respecter de faire, pas question de s’arrêter à point-là, il était tellement proche de son but que cela serait idiot de tout arrêter. N’essayant même pas de coiffer ses cheveux, il s’habilla avec un jean et un Tshirt, ne supportant absolument pas les tenues de l’école de France, il savait qu’il se ferait vite repérer mais cela n’était-il pas son but ? Cette attente d’attention venait sûrement du fait qu’il n’en avait jamais eu avant de venir, il avait passé son enfance à attendre un regard, un sourire de son père mais il n’avait toujours été qu’un montre pour l’adulte. Un monstre qu’on ne devait pas regarder, un monstre qu’on devait ignorer et au bout d’un moment, il s’était fait à cette idée et prenant sa valise, il était parti tout seul vers la France. Pays de son refuge chez son oncle, il n’avait jamais revu sa famille, du moins, pour l’instant.

Une fois prêt, il sortit de son dortoir, passant par la Salle Commune, il vit son colocataire par terre et il lui donna un coup de pied avant de lui dire de bouger et d’aller éteindre le réveil. Le garçon parla de poneys avant de se rendormir, c’était vraiment un cas désespéré. Il partit donc vers le Réfectoire afin de manger un bout et il croisa en chemin une jeune fille qui lui rappelait quelqu’un. Un vague souvenir revint dans la tête du jeune homme, c’était la jeune fille du jour d’avant, celle qu’il avait viré de son lit et elle semblait bizarrement l’attendre. Sachant ce qu’elle voulait, Valerian lui parla franc-jeu.

-Ecoute, c’était cool avec toi cette nuit mais cela n’ira pas plus loin. Je ne cherche pas d’histoire d’amour, je suis désolé.

Le discours semblait avoir été dit des centaines, des milliers de fois et cela était la pure vérité puisqu’il disait cela presque tous les matins et comme d’habitude, il se prit une gifle avant que la jeune fille ne parte en courant, sûrement pleurer dans un coin où raconter à ses amis ses malheurs. Il continua de marcher, oubliant déjà l’histoire de la jeune fille, il ne savait pas ou plutôt plus le nom. Comme-ci, il ne voulait pas entrer, pas rester dans sa mémoire même à court thème. Arrivant dans la salle, il alla rejoindre sa meilleure amie qui était en train de discuter avec un garçon qu’il ne connaissait pas, le saluant, il déposa un baiser sur la joue de la jeune fille, son rituel habituel quand il l’a voyait pour la première fois de la journée. Lui souriant, la jeune fille rendu son sourire avec la même fraicheur et l’Anglais mangea tout en parlant avec elle. Puis, ils durent se séparer puisqu’il n’avait pas cours et qu’il voulait sortir prendre un peu l’air par le bel après-midi. Le temps était encore bon pour un début septembre et l’été n’était pas encore tout à fait partie.

Habitué au parc, il connaissait ses moindres secrets mais il le trouvait toujours autant magnifique. Il avait passé des heures par terre en compagnie de sa meilleure amie à parler de tout et de rien mais également avec son meilleur ami et d’autre personne, le parc était un endroit tellement beau qu’il en était privilégié et sentant l’air enivré ses narines, il se coucha par terre, les yeux fermés, espérant sûrement finir encore un peu sa grasse matinée pour que Morphée le reprenne dans ses bras…


Dernière édition par Valerian Black Potter le Sam 20 Oct - 6:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seth Matthew

avatar
Âge RPG : 25 ans
Baguette magique : bois d'acacia - 34,5 cm - plume de phénix.
Nationalité : Anglaise
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 14
MessageSujet: Re: Sourire à la Vie (PV : Seth) Mer 17 Oct - 4:26

Oh, quelle soirée hier ! Tu ne te rappelais peut être pas de tout, mais tu te souvenais très bien que tu avais passé un moment magique. Pour ton premier soir à Dantremont, tu ne t'attendrais pas à mieux. Tu avais le plus possible évité la piste de danse mais les connaissances que tu t'étais fait t'ont forcées la main et tu es resté debout jusqu'à la fin de la nuit. C'est pourquoi, ce matin , dans ton lit, tu avais les jambes lourdes... Tu n'arrivais même pas à les bouger, ce qui était assez étrange en fait... Tu ouvris rapidement les yeux et releva la tête vers tes jambes. En fait, c'était un garçon qui ronflait sur tes mollets. Tu le viras rapidement d'un coup de pied, il emporta dans sa chute ta couette. Ce qui te permis de poser tes pieds sur le sol, de t'étirer très longuement et de te lever avec un énorme bâillement. Tout ceux dans ce dortoir devait eux aussi se réveiller pour commencer cette nouvelle vie. Alors tu te décidas à t'en charger, pour leur plus grand bien , bien entendu. Tu te jetas sur ta valise pour y prendre un tout petit objet luminescent. il y avait entre tes mains une arme redoutable ... Tu appuyas sur le dos de cet appareil et un sifflement strident vînt perturber le sommeil profond de tes camarades. Comme réveil, il y avait quand même mieux mais c'était plus radical. Ils se jetèrent tous sur toi pour t'obliger à cesser ce bruit horrible. Mais pour calmer l'appareil, ils l'écrasèrent d'un coup de pied. Tu leur souris difficilement pour ne pas te prendre des baffes et tu t'éclipsas rapidement pour la salle de bain, en refermant à clé la porte du dortoir, derrière toi. Ces gens étaient d'une impolitesse ! Heureusement qu'ils étaient plusieurs, parce que un par un tu leur aurais mis la raclée de leur vie d'adolescent puéril ! Ton pauvre réveil n'avait pas mérité un tel châtiment...

Tu étais encore en pyjama, heureusement pour toi, ta valise était resté dans la salle commune de ton Allégeance. Tu descendis les quelques marches qui séparaient la pièce principale des dortoirs pour te diriger vers ta valise trop colorée à ton goût. Ta mère t'avait argumenté que comme ça, tu la reconnaîtrais facilement entre tous. C'est sûr qu'une valise verte prairie c'est pas banal... Tu pris à l'intérieur de quoi te changer, un boxer, un tee shirt, un pantalon, des chaussettes et ta trousse de toilette. Tu rejoins la salle de bain rapidement, car il ne fallait pas traîner pour ne pas que les autres du dortoir ne te retrouvent... Tu fis un tour devant le miroir, te brossas les dents, arrangea tes cheveux avec un peu d'eau, souris, te trouvas très beau et finis par mettre du déodorant avant de t'habiller et finis par sortir de ton Allégeance.

Les couloirs étaient assez désert en ce lundi matin dans le vieux château. Mais, dormaient-ils tous encore ? Tu te réjouissais d'être aussi matinal. Chez toi, c'était à ceux qui se lèvent tôt que le monde appartenait. Ton père te le répétait assez souvent quand tu lui suppliais de te laisser dormir encore quelques heures. Mais lui, il te forçait à prendre des cours de magie, de dessin et de solfège à 8 heures du matin, même le dimanche ! Ce qui t'a habitué à ne pas rester au lit comme une larve... Dans un sens, c'était peut être une bonne chose. Merci papa. Tu pouvais être le maître du château en ce beau matin de rentrée scolaire. Pour un première année, tu avais fière allure. Tu ressemblais plutôt à un quatrième année, vu ta taille et ton visage. Mais tu restais un première année dans ton mauvais sens de l'orientation et ton regard de paumé. N'y avait-il aucun panneau pour indiqué quelle direction suivre dans cette maudite école ? Tu détestais être perdu. Mais pour le moment tu n'avais pas d'autre solution que de continuer d'avancer vers on ne sait où !

Il y avait bien quelque chose à faire ... Trouver une fenêtre et sauter ! Tu en trouvas justement une et t'apprêtas à faire ce que tu avais prévu, mais tu te retins de le faire vu la hauteur à laquelle tu te trouvais. Tu ne te pensais pas à plus de dix mètres du sol... Le vertige te fit perdre le fil de ton esprit et tu te recula jusqu'à atteindre le mur de l'autre côté du couloir. Tu glissas le long de ses pierres et repris ta respiration avant d'essayer, jambes tremblantes, de te relever. Note pour la prochaine fois, ne jamais s'écouter quand on veut sauter d'une fenêtre d'un château.


- Mais où est ce réfectoire ?!

Tu en avais marre de chercher. Tu voulais juste t'en aller de ces couloirs sans fin. Quand soudain, tu trouvas enfin un escalier qui semblait mener aux étages inférieurs. Il était en colimaçon, ce qui te donnait déjà mal au coeur mais bon, tu sentais que la nourriture était au bout de cet obstacle. Tu avançais rapidement entre les étages et tu arrivas enfin à la dernière marche de ton long périple. Au bout, un grand hall où quelques élèves discutaient entre eux. Il y avait en face de toi, à l'autre bout de la pièce, une immense porte entrouverte. Tu te précipitas vers cette porte sans réfléchir, et tu passas dans l'ouverture. Enfin. Enfin tu avais trouvé ton petit déjeuner ! Tu t'arrêtas à la première place de libre et tu pris quelques gâteaux et tu demandas à ce qu'on te serve du chocolat chaud. Il y avait beaucoup de monde en fait. C'était ici qu'ils étaient tous, pensas-tu en mâchouillant ta nourriture. Un peu plus loin dans la salle, tu vis un jeune homme se prendre une claque de la part d'une fille qui partit ensuite en pleurs du réfectoire. Tu ne voulais pas t'en mêler mais ce garçon avait sans doute mérité cette baffe... Après avoir engloutit encore quelques fioritures, tu en pris quelques unes dans tes mains et tu te décidas à aller prendre un peu l'air dans le parc du château.

Tu n'avais pas encore eu le temps de te balader à l'extérieur du château, la nuit c'est beaucoup plus lugubre qu'en journée. Gâteau à la main tu avançais d'un pas léger sur l'herbe fraîche. Le léger vent venait faire frissonner tout ton corps, tu n'aimais pas septembre. Il ne fait ni assez chaud pour ne mettre qu'un tee shirt, ni assez froid pour mettre un pull. Aujourd'hui, tu aurais bien voulu mettre un pull. . . Il y avait plus loin une drôle de forme dans un arbre, tu fixais la forme tout en avançant vers cet arbre, oubliant de regarder où tu mettais les pieds. C'est alors que tu trébuchas sur une chose non identifiée, tes gâteaux volèrent et toi avec. Une fois au sol, tu gémis de douleur, ton nez avait percuté de plein fouet la terre dissimulée sous l'épaisse herbe folle.


-Quelle idée de laisser traîner des choses dans ce parc ! hurlas-tu sans te retourner vers ce qui t'avait fait trébuché.
Revenir en haut Aller en bas
Valerian Black Potter

avatar
Âge RPG : 11 ans
Baguette magique : Bois de Peuplier
Nationalité : Anglaise
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 13
MessageSujet: Re: Sourire à la Vie (PV : Seth) Mer 17 Oct - 8:35

Morphée avait décidé de faire des heures supplémentaires pour le plus grand bien de Valerian. Couché dans le parc, ses yeux s'étaient fermés avant que des rêves ne l'envahissent. Il se sentait apaiser et libre. Il oubliait où il était, qui il était, la soirée du jour d'avant, l'alcool, la fille, la gifle, les cours, sa douleur, sa famille, sa réputation, ses parents, sa soeur, ses professeurs, ses amis, rien. Plus rien, plus personne que la respiration régulière et les battements de coeur du jeune homme. Il se sentait bien, comme s'il rejoignait le Paradis, dernier endroit des morts, comme ci il rejoignait l'Eldorado avec Candide, plus rien n'avait de l'importance que l'instant présent. Le vent balayait le visage de l'endormi, tel un enfant, Valerian était dans son état le plus fragile, il était le plus vulnérable à cette instant et il apprit qu'il ne devait plus s'endormir seul dans un parc puisqu'il fut tirer de son sommeil, de son demi-sommeil par une chose qui lui tomba dessus et qui n'hésita pas à hurler aux oreilles du garçon.

-Quelle idée de laisser traîner des choses dans ce parc !

C'était une voix de garçon, pas encore d'homme, sans doute encore trop jeune pour avoir déjà muer. Valerian ne bougea pas tout de suite, cherchant comment punir celui qui venait de le réveiller où tout du moins de lui faire passer le message qu'il n'a plus jamais intérêt à se trouver sur son passage s'il ne veut pas se faire défigurer. Les phrases défilaient dans sa tête, plus où moins méchante, plus où moins sadique, plus où moins applicable. Le cinquième année immergeait de son demi-sommeil et vérifier que l'abruti qui lui était tombé dessus ne lui avait pas fait mal. Une fois cela vérifier, il se redressa et regarda le jeune homme avant de lui lancer en l'imitant.

-Quelle idée de marcher sur les gens ! Achète-toi des lunettes gamin, regarde où tu marches et n'ose plus jamais recommencer cela à moins que tu ne préfères être changé en crapaud. Je suis sûr que la couleur t'irait bien au teint.

Le garçon souffla, complètement mécontent qu'un première ou deuxième année ne l'ai renversé. Il observa le garçon et le blason qu'il portait sur sa robe de sorcier avant de se rappeler de son visage, il l'avait déjà croisé une ou deux fois lui semblait-il. Comme Valerian, l'inconscient faisait partit de le même Allégeance et il avait été présent lors de la fête organisé le jour d'avant dans leur salle commune, de plus, il semblait l'avoir aperçu au réfectoire avant que Valerian ne sorte du lieu afin d'aller dans le parc. Regardant le garçon, il se demandait s'il ne pouvait faire de lui son larbin, il en manquait depuis la rentrée des classes et il apprendrait ainsi la politesse qu'il doit avoir envers ses aînés. Il ajouta alors sur un ton qui ne pouvait pas être discuté.

-En bon premier année que tu es, tu vas t'excuser comme il se doit avant de tout faire pour te faire pardonner jusqu'à ce que je te dise que je te pardonne. Bien entendu, si tu ne le fais pas je rendrais tes quatre prochaines années tout simplement affreuses. J'espère que tu m'as bien compris.
Revenir en haut Aller en bas
Olham

avatar
Type de Sang : Inconnu
Messages : 158
MessageSujet: Re: Sourire à la Vie (PV : Seth) Ven 26 Oct - 5:15


    Un vent perçant et glacial s’élevait à présent dans le parc. Et ce vent emmenait avec lui une odeur nauséabonde, une odeur de pourriture. Non loin de là, un museau à moitié dessossé reniflait l’odeur des deux garçons. Fohor guettait ses proies, il devait agir. Cela faisait déjà quelques jours que la créature avait été ressuscitée par son maître et aucune occasion ne s’était encore présentée pour lacérer de ses longues griffes l’un des larbins de l’école. Pourtant, le maître de Fohor devait se nourrir, et vite ! Plus question d’agir la nuit, les mains de l’ancien loup-garou le démangeaient et ses crocs ne faisaient que baver devant le defi.

    Il observait depuis quelques minutes déjà, ce garçon couché dans l’herbe dans l’espoir d’en faire son premier enlèvement et lorsque Fohor s’était avancé pour agir, voilà qu’un deuxième plus grand cette fois s’était rappliqué. Fohor, ne tenant plus, espérait déjà en offrir un pour son maître et dévorer l’autre pour récupérer, lui aussi, des forces.

    Olham, qui impulsait ses envies et ses ordres directement dans l’esprit de son fléaux, ressentit cette envie de partage des garçons. Mais l’ancien sorcier n’en apprécia que fort peu l’idée. Il lui faudrait les deux garçons à lui tout seul ! Aussi, il obligea Fohor à s’infliger une blessure rien pour avoir songé d'en manger l’un deux. Le loup-garou fut forcé de passer lentement les griffes de sa main droite le long de son torse, lacérant les restants de peau et entaillant les débuts d'os déjà découverts.

    Sous la douleur, le loup-garou se mit à hurler et bondit en direction des deux garçons. Les crocs brulants d’envie, il sauta dans le dos du plus grand, Seth et le plaqua au sol tandis qu’il fit face à Valerian.
    Les griffes de la main avec laquelle il tenait Seth était tentée de déchiqueter le garçon d'un coup, d'un seul, mais Fohor tenait bon, malgré l’odeur du sang du jeune garçon qui perlait déjà au bout de ses ongles pointus. Il soutenait fixement le regard de Valerian, prêt à lui bondir dessus, mais il préféra ne pas lâcher sa première victime. Aucune erreur lui était possible. Maintenant qu’il s’était découvert devant quelqu’un de l’école, hors de question que ces derniers restent vivant après cette rencontre.

    Fohor, tout en maintenant Seth à terre, pris soin de faire déraper Valerian en utilisant ses pieds, mettant l’autre garçon lui aussi à terre. Et dans un râle dont l’haleine fut portée par la putréfaction de son corps, Fohor s’adressa aux garçons.

    - C’est moi plutôt qui rendrait vos prochaines années plus qu’affreuses !!!




Vous venez de rencontrer Fohor, l’un des fleaux d’Olham. Suite à cette rencontre, veuillez répondre au rpg en lançant tout d’abord le dé: les fléaux d’Ohlam. Voici les instructions à suivre:


Seth:

Si le résultat est 1 ou 2 -> Fohor plaque Seth avec puissance à terre. Seth, sonné, ne peut plus agir. Le crâne du jeune Siprestange s’est ouvert et du sang coule dans l’herbe. Dans son dos, Seth ressent comme une douleur de poignard. Que se passe-t’il réllement ? Valerian vient-il de lui lancer un mauvais sort ? Seth crache du sang …L’odeur devient trop alléchante et Fohor s’empresse de le retourner pour insérer ses crocs dans l’artère jugulaire de Seth.

Si le résultat est 3 ou 4 -> Seth s’est fait plaquer au sol et néanmoins vif, le jeune Matthew se retourna pour en coller une bonne, à l’ami de Valérian qui est venu le défendre et qui vient de prendre Seth par surprise. Mais horreur ! Quel est cette créature hideuse ? Seth tente de repousser Fohor en se battant avec ses mains jusqu’à faire éclater les côtes du fléau... La créature vie toujours. Mais comment est-ce possible ?

Si le résultat est 5 -> Seth entre dans un coma et ne peut agir. Il se retrouve dans ses pensées ou tout peut arriver. Flashback vers un vieux souvenir ? Romance ? ou Rêverie ? Et si Seth, dans ses rêves pétait la gueule à cet insolent de petit Valerian ?

Si le résultat est 6 -> Seth arrive à atteindre sa baguette magique et se retourne pour faire face à Fohor. Mais contre une créature, loup-garou morte vivante la magie peut elle faire quelque chose d’efficace ?


Valerian:

Si le résultat est 1 ou 2 -> Fohor utilise ses pieds pour faire déraper Valerian. La créature rattrape la jambe du jeune Forcemontois et ne peut s’empêcher de mordre le jeune garçon au talon. Si Olham ne lui laisse pas en manger l’un des deux, Fohor lui, ne peut s’empêcher de goûter un morceau du plus jeune. Valerian s’échappe finalement de l’emprise de Fohor et pars chercher du secours.

Si le résultat est 3 ou 4 -> Les longs cheveux de Fohor reste à la portée de Valerian. Le garçon s’en sers pour se relever faisant gémir la créature. Le fléau d’Olham se relève et Valerian aide Seth à se remettre lui aussi sur pieds. A deux, ils font face à Fohor mais qu’est-ce que Valerian peut entreprendre ? Son oeil s’attarde dans l’herbe, sa baguette s’y trouve, brisée en 3 morceaux.

Si le résultat est 5 -> Fohor fait déraper Valérian qui perd conscience dans chute. Sa tête se fracasse au sol, le voilà dans un monde de rêveries. Flashback vers un vieux souvenir ? Romance ou fabulations ? Et si Valerian, dans ses rêves pétait la gueule à cet hautain de Seth Matthew ?

Si le résultat est 6 -> Valerian se rattrape et plonge dans l’herbe avant que Fohor ne le fasse déraper vers lui. Le jeune forcemontois sors sa baguette et pense aux quelques sorts qu’il a appris à ses premiers cours … Pfff comment pourrait-il s’en sortir sachant qu’il n’a appris qu’un seul sort pour le moment qui sert à repousser les objets ? Y aurait-il d’autres idées magiques qui lui viendraient en tête pour combattre un loup-garou mort-vivant ?
Revenir en haut Aller en bas
Seth Matthew

avatar
Âge RPG : 25 ans
Baguette magique : bois d'acacia - 34,5 cm - plume de phénix.
Nationalité : Anglaise
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 14
MessageSujet: Re: Sourire à la Vie (PV : Seth) Sam 27 Oct - 7:06

Lancé de Dé #1
Revenir en haut Aller en bas
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Re: Sourire à la Vie (PV : Seth) Sam 27 Oct - 7:06

Le membre 'Seth Matthew' a effectué l'action suivante : Lancé de sorts

'Fleaux d'Olham' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Seth Matthew

avatar
Âge RPG : 25 ans
Baguette magique : bois d'acacia - 34,5 cm - plume de phénix.
Nationalité : Anglaise
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 14
MessageSujet: Re: Sourire à la Vie (PV : Seth) Dim 28 Oct - 1:54

- Je n'ai rien à me faire pardonner !

Tu lui avais hurler dessus. Il n'avait pas à te parler comme ça, ce garçon qui semblait appartenir à Forcemont et aussi qui avait l'air plus âgé que toi. Pour qui se prenait-il ce gosse pour te menacer de la sorte. Certes, tu lui avais marché dessus... Ce serait normal que tu t'excuses après cela. Mais ce crétin avait mal prit ta maladresse et commençait déjà à se croire plus intelligent que toi. Il n'y avait rien de plus détestable qu'un idiot pareil qui oser te prendre de haut pour le simple fait que tu étais plus jeune et moins intégré à l'école que lui. Tes mains se mirent à trembler, ton esprit ne contrôlait plus rien. A un moment ou un autre une grosse claque allait partir si ton interlocuteur ne calmait pas ses mots. Dans ces moments là, tu devenais totalement quelqu'un d'autre, comme une bête sauvage qu'on avait trop longtemps laissée en cage.

Mais ton ardeur fit calmée par un cri si horrible qu'il fit parcourir un frisson dans ton dos. Tu sentais quelque chose venir mais trop tard pour te rendre compte que c'était vers vous que cette chose se diriger. Soudain une vive douleur te plaqua au sol. Ton crâne percuta violemment le sol, quelque chose se brisa sous le poids de la douleur qui t'avait écrasée sur l'herbe. Tu ne comprenais pas ce qui était entrain de se passer... Tout ce que tu voulais c'était ne plus rien ressentir de cette souffrance que l'on t'infligeait. Et ton corps répondit à tes attentes. Pendant quelques secondes, tu étais partit ailleurs... dans un lieu calme et doux. Avant que la réalité ne te rattrape.

Plus douloureusement. Plus violemment. Plus de souffrance dans tout ton corps meurtri par quelque chose que tu ne voyais pas. Était-ce un autre élève qui était venu aider son ami à te martyriser. Un sortilège te lacérant le dos lentement en te tenant immobilisé au sol. Tu ne savais pas quoi faire, en fait tu ne pouvais absolument rien faire. Une quinte de toux vînt te donner encore plus envie d'en finir le plus vite possible. Tu t'étais évanouie mais pas assez longtemps à ton goût. Il y avait une odeur de sang qui se dégageait de ton être. Tu crachas du sang pour la première fois de ta vie... Tu le savais au goût qui venait te remplir la bouche. Tu avais très envie de pleurer, car tu avais l'impression que tu n'allais pas te sortir de cette histoire... Tu aurais voulu connaître un peu plus la vie, du haut de tes 11 ans... Mais certaines personnes semblaient en avoir décidé autrement... Et ta tête douloureuse cessa d'essayer de se relever pour y voir quelque chose. Et tes membres se relâchèrent sous la tension qui te broyait la colonne vertébrale. Et ton souffle s'arrêta de s'accélérer et tu respiras profondément, signe que tu abandonnais la vie ou plutôt l'espoir de vivre...


- C’est moi plutôt qui rendrait vos prochaines années plus qu’affreuses !!!

Cette dernière phrase réveilla tes angoisses et ta douleur. Tu venais de sentir le sol vibrer comme si quelqu'un venait à son tour de s'y écraser. Tu recommençais à te mouvoir, tu comprenais maintenant que ce qui te maintenait par terre n'était ni un élève ni un professeur de Dantremont. Quelque chose de plus terrible que tous tes cauchemars...

- Nan ... *tousse* A ... l'aide...!

Tes larmes se mirent à couleur toutes seules. Mais ton appel à l'aide rester sans réponse. Alors que tu venais à peine de réussir à respirer, la chose compressa encore plus ton abdomen et une quinte de toux encore plus terrible ravagea toute ta trachée. Le sang qui coula dans ta bouche fut expulsé à l'extérieur de ton corps. L'odeur du sang était si forte qu'elle t'écoeurait .... Mais, un mouvement se fit sentir, ça venait de la chose qui te retenait. Ses griffes vinrent lacérer ton bras pour te retourner vers elle et tu sentis l'odeur de son haleine fétide qui te donna presque envie de rendre ton petit déjeuner. C'est alors que ses crocs viennent se planter dans ta chair au niveau de ton coup. La douleur était trop forte. Ta respiration s'était arrêté, ta bouche entre ouverte, dans l'impossibilité d'émettre le moindre son. Le ciel était pourtant si bleu ... le ciel était ... Tes larmes vinrent brouiller progressivement ta vue. La vie s'échappait de toi ... et la dernière chose que tu ai pu faire c'était de sourire, doucement, comme si tu savais que tu allais maintenant arrêter d'avoir mal... Toi qui était juste venu faire un tour dans le parc... Personne n'était venu vous sauver...
Revenir en haut Aller en bas
Valerian Black Potter

avatar
Âge RPG : 11 ans
Baguette magique : Bois de Peuplier
Nationalité : Anglaise
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 13
MessageSujet: Re: Sourire à la Vie (PV : Seth) Dim 28 Oct - 4:43

.
Revenir en haut Aller en bas
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Re: Sourire à la Vie (PV : Seth) Dim 28 Oct - 4:43

Le membre 'Valerian Black Potter' a effectué l'action suivante : Lancé de sorts

'Fleaux d'Olham' :

Résultat :

♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠


Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Valerian Black Potter

avatar
Âge RPG : 11 ans
Baguette magique : Bois de Peuplier
Nationalité : Anglaise
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 13
MessageSujet: Re: Sourire à la Vie (PV : Seth) Dim 28 Oct - 5:32

Le jeune Valerian avait a peine fini sa phrase qu'un mauvais presentiment se fit sentir. Il se passait quelque chose de bizarre, quelque chose de nouveau qui ne s’etait jamais passé, un evenement sans precedent dans la vie du Forcemont. En un instant avant meme que le premier annee ne puisse repondre, quelque chose fonca sur les deux garcons. Valerian ne fut pas le premier toucher puisque le monstre s’occupa d’abord de Seth qui se retrouva par terre et ne put s’empecher de crier. Surement par rapport a la douleur qu’il ressentait. La bête, si on pouvait la definir ainsi gardait sa patte au sol pour que Seth ne puisse pas bouger tandis que le cerveau du garcon reflechissait a pleine vitesse mais avant qu’il ne puisse agir, la monstre bougea ses pieds dans le but de faire tomber le Forcemont mais l’equilibre du gqrcon lui sauva la vie puisqu’il reussisa a eviter le coup et a se retrouver sur ses deux pieds, baguette sortie devant un monstre qui le regardait droit dans les yeux.

Les yeux etaient grands, horribles, assoiffes de sang. Le monstre avait faim et n’hesiterais surement pas a les devorer en commencant par le jeune homme coincer sur sa patte. Une odeur nauseabonde s’elevait, provenant surement de la bête et une envie de vomir suvint tellement l’odeur etait grande. Valerian detourna ses yeux pour regarder son camarade a terre. Ce dernier pleurait, tel un enfant devant la douleur et le monstre. A aucun moment Valerian ne pensa a se moquer de lui comme il le faisait quelques seconds avant puisque le premier etait vraiment dans une mauvaise position. Plusieurs options s’offraient devant le cinquieme annee et cela determinerait la survie des deux garcons ou d’au moins un.

Fuis ! Fuis le plus loin possible ! Fuis !

Je ne peux pas l’abandonner ! Je ne vais pas le laisser a ce monstre !

Tu n’aura qu’a dire que tu as fait ce que tu as pu mais que cela n’a pas ete suffisant !

Je ne peux pas faire ca ! L’abandonner ainsi ! Ce n’est pas moi ! Je ne suis pas un lache et je ne le laisserais pas meme si je dois mourir et lui sauver la vie. Alors, c’est ce qui se passera et tous le monde pourra etre fier de moi.


Un combat interieur faisait rage dans le cerveau de Valerian mais il ne fut pas longtemps pour qu’il prenne une solution. Une liste de sort se formait dans son cerveau, en cinq ans il avait appris beaucoup de sort mais il en fallait un utile autrement cela ne servirait strictement a rien. Tous ce qu’il savait c’est que les deux garcons se tenaient face a une creature qui n’avait rien a faire dans l’enceinte de l’ecole et dont ils ne se debarraseraient pas avec un Alohomora. Il fallait du renfort, un professeur de preference. Mais comment faire pour les prevenir. Son dernier cour se rememora alors. Un patronus ! Voila qui pourrait les sauver pour prevenir un adulte mais il n’avait encore pas reussit a en former un. Il devait se rappeler de la formule et de comment le lancer.

Un souvenir heureux ! Le plus heureux ! La premiere fois que je suis monte sur un balais ! Non ! Ce n’est pas assez fort ! Je sais ! J’ai trouve !

Il ferma les yeux dans le but de se concentrer pour reformer son souvenir, ses souvenirs. Il devait penser a elle, a leurs souvenirs, a leurs rires, a leurs pleures, la premiere fois qu’il s’etait rencontre le jour de la rentree, son odeur, ses cheveux, ses yeux, son rire, l’air qu’elle avait quand elle se concentrait. Tout, il passait tout en revu, elle etait sa force et elle le montrait une fois de plus dans un instant aussi desespere. Rassemblant tout cela, il prononca alors.

-Spero Patronum ! Spero Patronum ! SPERO PATRONUM !

Le dernier essai fut le bon puisqu’un animal argente sorti de la baguette du cinquieme annee, il etait fier de lui mais la fatigue l’assomait. Ni pensant pas, la balayant, il se depecha de couper celui en plusieurs parties pour plusieurs professeurs et pour en garder un avec lui. Celui-ci l’aiderait surement a faire partir la bête qui ne pouvait venir que des tenebres. Trois patronus partirent vers le chateau tandis qu’il lanca le plus brilliant vers la bête pour qu’elle lache le jeune Seth qui semblait blesser. Essayant d’etre sur de lui, il garda la baguette levee. Pret a user de la force face a la monstrueuse bête. Viendront-on les aider ? Survivront-ils ? Rien n’etait sur mais la bête semblait reculer face au patronus en forme de chien et Valerian put courir vers le jeune homme a terre et lui lancer un ou deux sorts de guerrison qu’il avait appris. Il ne restait plus qu’a prier !
Revenir en haut Aller en bas
Olham

avatar
Type de Sang : Inconnu
Messages : 158
MessageSujet: Re: Sourire à la Vie (PV : Seth) Mar 30 Oct - 3:37

    Un patronus. Fohor devait agir vite s’il voulait embarquer avec lui les deux garçons…Il releva sa tête du cou de Seth et le sang chaud coulait sur l’ossature de sa mâchoire. Il émis un rugissement de colère strident comme pour affirmer son mécontentement d’être dérangé dans son goûter. Pire que ça, Valerian envoyait d’autres patronus. Bientôt, ils ne seraient plus seuls.

    Fohor agrippa ses mains crochus dans le dos du t-shirt de Seth et se dirigea rapidement vers Valerian. L’autre gamin était encore entouré de filaments de patronus mais Fohor n’en n’avais que faire de cette vulgaire protection. Le fléau décida de libérer l’une de ses mains, tenant Seth inconscient par le dos, et fit glisser ses long doigts cadavériques sur le cou de Valerian qu’il souleva au dessus du sol pour approcher le gamin de son visage.

    Au loin, on entendit l’incantation de plusieurs sortilèges de protection. Quelqu’un semblait déjà venir à l’aide des deux garçons. Fohor jurait entre ses dents, relâcha Valerian, le laissant tomber à même le sol. Dans l’esprit de Fohor, sa première attaque se révéla un échec. Impossible pour lui d’emmener Valerian. Puisque ce dernier venait de lancer des patronus, il fallait que les destinataires le retrouvent. Sinon, il n’aurait jamais l’occasion d’amener ce gamin-là à son maître. Tandis que Seth paraissait mort et ça n’aurait servit à rien du tout un corps sans vie à Olham pour puiser de l’énergie.

    Fohor enfonça ses pieds sur le sol et prit appui puissament. La créature sauta haut et loin. Si l’on ne l’avait pas vu marcher quelques secondes auparavant, on aurait pu croire qu’il s’agissait là d’une créature volante. Dans les airs, Fohor tenait toujours à bout de bras Seth dont il se servit comme d'une gourde pleine de sang. Il attérit aux abords de la prairie, lâcha le siprestains et s’enfuit dans les blés qu’il colorait de sang sur son passage…

Revenir en haut Aller en bas
Seth Matthew

avatar
Âge RPG : 25 ans
Baguette magique : bois d'acacia - 34,5 cm - plume de phénix.
Nationalité : Anglaise
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 14
MessageSujet: Re: Sourire à la Vie (PV : Seth) Sam 10 Nov - 4:01

Tandis que la créature se nourrissait de mon sang, je sentais mes membres s'engourdir. Les fourmillements dans tout mon corps n'étaient pas un bon signe. Je commençais à délier car mon cerveau n'était plus assez irrigué, vu à la vitesse que ma substance vitale s'en allait de mon enveloppe charnelle. Nul doute, je n'aurais jamais cru finir ma vie de la sorte. Mes yeux se fermèrent, j'imaginais ce qu'aurais été ma vie si cette créature n'avait pas surgit de nul part. On aurait fait de moi l'élève le plus irascible des premières années, comme un problème dans l'équation de perfection de Dantremont. Mais cela m'aurait plu, car moi, je n'aimes pas la perfection, même si je la recherche. Mon passage en deuxième année allait être évident, vu mes excellentes notes. C'est à ce moment là que je deviendrais ami avec un des redoublants. Un élève en apparence très grotesque mais avec un profond sens de la répartie et plein de malice. Quelqu'un qui me ressemble avec de l'expérience en plus.

Avec lui je pouvais tout faire, il s'appelait Henry. Son prénom était un peu ridicule en effet, c'est pourquoi je donnais un accent anglais sur la prononciation d'Henry. Mais la personne en question se fichait éperdument de ce qui était ridicule ou non. Il ne pensait qu'à s'amuser et tyranniser les autres élèves par des pièges les plus redoutables. Je me souviendrais toujours de la fois où il a décidé de faire tomber le professeur d'astrologie dans l'escalier du grand hall. Le professeur avait dégringolé comme nous ne pouvions jamais l'imaginer, et dans un hurlement funeste, il avait atterri 10 mètres plus bas, avec au moins la moitié des os de son corps fracturés. Bien sûr, ils n'ont jamais trouvés les coupables, et nous, nous en avons rigolé pendant des jours et des jours.

Troisième année, enfin atteinte. Les filles commencent à devenir jolie, parce qu'avant, il faut se l'avouer, c'était de vrais thons. Mais là, elles commencent peu à peu à devenir coquettes. Elizabeth Marigaux, une élève de Siprestange pour le moins Parfaite. Bonne élève, agréable à regarder, et il faut dire qu'elle portait très bien l'uniforme. On pouvait distinguer dans son regard beaucoup d'espièglerie, j'adorais ça. C'est ainsi qu'elle devint la troisième branche de notre équipe de fous furieux. Toute ma troisième fut merveilleuse avec Henry et Lizzy. Aucune ombre à l'horizon ne pouvait venir entacher notre si Parfait bonheur. Aucune ?

Arriva notre quatrième année, j'avais réussit à emporter avec moi mes deux comparses en les forçant à réviser, enfin surtout Henry, qui avait eu la plus grande flemme de sa vie en voyant arriver les exams. Enfin, après trois ans, nous allions enfin pouvoir choisir des spécialisations dans nos cours. J'avais choisis le cours de potion avancé et Henry un cours plus sportif avec le domptage de créatures magiques . Elizabeth ne savait pas très bien encore quoi prendre, alors elle décida de me suivre en potion. Tous les cours avec elle étaient si Parfait... Ses regards, ses sourires, ses touchés... Avec elle, tout semblait possible. J'en oubliais presque Henry et ses sautes d'humeur. En cette période, à chaque repas, quand j'adressais trop longtemps la parole à Lizzy, il envoyait valser l'assiette qui se trouvait devant lui, se levait et partait en furie. J'hésitais à la suivre, jusqu'au repas de le veille de Noël, où j'ai couru après lui jusqu'au parc. C'est là, c'est ce soir là, que je découvris qu'il avait des sentiments pour notre amie commune. Et que moi aussi ... Je ne pensais que sous cette carapace de muscle il pouvait y avoir de l'amour. De l'amitié, de la loyauté et de la rigolade oui, mais sûrement pas de l'amour. Je fis alors l'erreur de lui promettre de ne rien ressentir pour Eli, au nom de notre si longue amitié.

Sur cette promesse, finit par arriver la cinquième année. C'était devenu difficile de ne rien éprouver pour cette fille qui avait suspendu une épée de Damoclès au dessus de notre groupe d'amis. Il fallait que je commence à me détacher d'elle. J'essayais d'être le moins courtois possible et le plus blagueur, le plus chiant, et ce qui devait finir par arriver, arriva. Une bonne claque vint retentir sur ma joue, cette fois j'étais aller trop loin. Elle avait mal pris le fait que je lui dise que je me foutais de sa vie. Je lui avais tellement dit qu'elle avait finit par saturer. Elle allait se blottir dans les bras d'Henry, et lui il était aux anges. J'avais sacrifié mon histoire d'amour pour qu'il est la sienne... Peut être que dans le fond, bien au fond, j'étais trop gentil .... Mais l'amitié, c'est des sacrifices constants !

Sixième année, me voilà seul. Henry et Lizzy sortent ensemble et coulent l'amour Parfait. Notre groupe n'existe plus, maintenant nous sommes assez grands pour ne plus faire de conneries ... Je détestais cette période de ma vie, tout ce que j'avais fondé jusqu'ici, tout avait été balayé par amour. J'étais seul le soir, seul pendant les cours, seul à table, seul à réviser, seul seul seul seul .... Ce mot résonnait encore et encore tandis que je voyais mes anciens amis roucouler ensemble comme de jeunes mariés.

Dernière et Septième année à Dantremont, enfin la fin de mon désespoir. Mais qu'est-ce qui m'attendait après ? Je n'avais pas d'avenir avec les notes que j'avais obtenu aux derniers trimestres. Pas d'avenir, pas d'amis, pas d'amour. C'était ça la vie ? Ce concentré d'erreurs quotidiennes ? Que rien ne pouvaient améliorer ? Quelle horreur .... Au bal de fin d'année, j'avais décidé d'avouer ma flamme à Elizabeth. Celle-ci était si belle dans sa robe verte émeraude. Je m'approchais d'elle et je pris vivement sa main pour la forcer à ma suivre dans les jardins. On voyait des millions d'étoiles dans le ciel.
<< Je t'ai toujours aimé. >>, ce sont les mots que je lui ai sorti. Elle était d'abord étonnée puis elle sourit doucement, embrassa délicatement ma joue et me dit que c'était trop tard, qu'elle aimait Henry maintenant, que j'avais fait mon choix deux ans plus tôt. Cette phrase me hantait, et si je pouvais revenir deux ans plus tôt ? Si je faisais cet autre choix, elle. je l'abandonnais à son homme et j'ai couru rejoindre l'endroit le plus haut de Dantremont. Pourquoi j'avais fait ce choix à l'époque ? Ça devrait être moi à la place d'Henry ! Sans m'en rendre compte je me mis à pleurer.

J'en avais marre de toute cette vie. Il n'y avait rien de bon. Chaque choix que j'avais fait m'avait conduit à cet échec. Choisir c'est Renoncer. Et moi j'avais renoncé à tous ce qui m'aurait rendu heureux. Je n'avais plus qu'à renoncer à vivre maintenant. Arrivé tout en haut, je montais sur la toiture, la Lune dessinait le moindre de mes mouvements. Sans regrets, sans remords, j'allais abandonné cette vie qui ne me plaisait plus. Je fermais les yeux et je me lançais dans le vide. Le sol était si proche... Adieu ma vie... qui en fait, n'existe pas encore....

Le choc brutal de mon corps sur le sol du parc me réveilla auprès de la créature qui émettait un grognement strident à l'égard de Valérian, qui semblait appeler au secours en envoyant des patronus. Malgré la perte de sang et le trou béant dans mon cou, je semblais reprendre conscience de ce qu'il se passait dans la réalité, du haut de mes 11 ans. Mais cet état second ne dura pas, je me sentais partir de nouveau lorsque l'horrible monstre réveilla ma douleur en me plantant ses griffes acérées dans le dos. J'étais presque mort, mais une lueur d'espoir apparue lorsque je vis des sortilèges de protection se lancer au loin. Dans un élan incroyable, la créature, me tenant à bout de bras, sauta et s'envola dans les airs. Elle décida de me lâcher presque inanimé dans l'herbe fraîche de la prairie.

Mon sang s'écoulait encore de mes blessures, à croire qu'il m'en restait assez pour tenter de rejoindre le parc. Ce n'était pas si loin, il fallait que mon moral l'emporte sur mon corps. Je savais qu'en rejoignant le parc, j'aurai peut être une chance de survie, une chance maigre, mais une chance quand même. Je posais ma main sur ma nuque pour stopper l’hémorragie et je commençais à ramper pour rejoindre la lisière du parc. Au bout de plusieurs minutes, j'ai aperçu enfin au loin le garçon avec qui j'avais vécu toute cette histoire, je ne savais pas s'il me verrait ... Je voulais tant qu'il vienne m'aider ... mais c'était le dernier rampement et la dernière pensée que je réussis à émettre... après vînt l'obscurité.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sourire à la Vie (PV : Seth)

Revenir en haut Aller en bas

Sourire à la Vie (PV : Seth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Potter-magie :: Domaine de Dantremont :: Jardins :: Parc-
Sauter vers: