Potter-magie
<center><div style="border: 2px dotted cadetblue;border-radius: 30px;box-shadow: 6px 6px 6pxcadetblue ; text: 2px 2px 6px ; width: 400px; height: 200px;overflow: auto; " >

Ce matin vous vous êtes levé sans savoir qu'aujourd'hui allait être un tournant dans votre vie. Vous ignorez encore que vous venez d'entrer dans le monde de la magie, non plus comme un simple spectateur, mais comme futur acteur. Des acteurs bien prometteur, peu importe votre âge ou à quel point vous êtes humains, tant que vous possédez un cœur capable de battre la chamade en connaissant l'amour, tant que vous avez un esprit capable de rêver l’inimaginable, vous êtes les biens venus. Dantremont l'école où vous allez apprendre à utiliser votre baguette, comme un pinceau pour la réalité. Vos chemins vous on conduit vers notre école, alors bienvenue!

</div></center>


亗 ☆ Potter-Magie ☆ 亗
«C'est un endroit magnifique pour être avec des amis...»
 
AccueilAccueil  PMPM  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

L'arrivée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Zéphyra

avatar
Âge RPG : 1007 ans
Baguette magique : ζ
Nationalité : ϖ
Type de Sang : Inconnu
Messages : 5
MessageSujet: L'arrivée Mar 9 Avr - 0:34

    .:L a peluche balotait au bout de la toute petite main qui la faisait voler dans les airs. L’ourson de tissus, malgré les secousses ne fléchissait pas d’un poil. Son sourire cousu restait stoïque La gamine faisait retentir à nouveau ses youpies et hourras pendant le vol imaginaire de son animal de compagnie. Et au milieu des bois, elle tournait sur elle-même s’imaginant dans les airs et s’engouffrer doucement dans les nuages blancs cotons qu’on pouvait appercevoir ci-et-là entres deux cimes d’arbres.

    .:L ’imagination, il ne suffisait que de cela pour réaliser l’impossible ! Et pourtant, Victoire, la petite fille aux boucles blondes venait de franchir le pas, dans l’imaginaire ! Sinon, comment pouvait-on expliquer que Vicky se trouvait, il y a quelques minutes à peine encore, dans sa confortable et rassurante chambre rose ? Comment pouvait-on expliquer aussi qu’une petite fille de 7 ans tout juste puisse se retrouver dans cette forêt touffue le temps de quelques tours de talons et d’un tournis ? Grâce à l’imagination justement !

    .:C ette petite fille, malgré son âge, emportait encore partout avec elle sa peluche de petit ours, pour se rassurer ou simplement pour avoir à bout de nez l’odeur du tisus brun que l’on câline tendrement. Et le fait qu’elle ait besoin de se sentir rassurée par un morceau de coton emplis de mousse, avait une fois encore éveillé une dispute entre ses parents. Vicky ,dès les premiers mots durs, était partie se réfugier dans sa chambre, quelques larmes coincées dans son coeur.

    .:P ar delà le fin parquet de sa chambre, elle entendait les deux adultes, ses parents, se disputer encore. Son papa accusa sa maman de trop la couver, de rendre Victoire dépendante de son ourson. La maman rétorqua qu’elle n’avait même plus le temps de serrer sa fille dans ses bras et qu’elle terminait à peine toutes les tâches ménagères de la maison, qu’elle était donc loin de “trop” la couver comme il le disait. Elle continua dans sa fureur de mots par avouer que l’absence même de lui, son papa, ne faisait rien pour aider leur fille, justement. Et lui, de répondre qu’il faisait son possible mais que s’il devait travailler si tard et si dur, c’était dans l'unique but de pouvoir offrir à cette famille tout le confort dont elle avait l’habitude.

    .:V icky n’était pas bête pour son âge. Et puisque ce n’était pas la première dispute de ses parents, elle en savait déjà plus qu’elle n’aurait du, elle en avait déjà bien trop entendu. Maman avait découvert de vilains messages dans le téléphone de Papa. Papa s’était fâché que Maman l’épie, le surveille. Maman pleurait et criait que Papa n’avait pas le droit d’avoir une deuxième petite copine. Depuis, plus rien n’était pareil à la maison ...

    .:P enchée l’oreille sur le parquet de sa chambre, Vicky écoutait ses parents parler de son ours en peluche. La petite fille s’était relevée et tournait sur elle-même tout en chantonnant pour couvrir la peine que la énième dispute de ses parents formait dans son ventre. Elle faisait des tours et des tours sur elle-même tout en faisant voler en l’air sa peluche. Elle rêvait d’un beau château de princesse entouré d’une forêt magique. Elle perdit l’équilibre se fracassa contre l’amoire de livre qui se renversa au sol.

    .:A lerté par le bruit, Jules son grand frère vint à toute vitesse voir par lui-même ce qu’il se passait dans la chambre de sa petite soeur. Les parents avaient cessé directement de se disputer. Le bruit sourd avait été terrifiant. C’était le genre de bruit qui suffisait à lui-même pour dire que quelque chose ne tournait pas rond. Le garçon de 17 ans au look grunge, vit sa petite soeur tournoyer sur elle-même dans sa chambre tandis que l’amoire et tout les livres venaient de s’écraser juste à côté d’elle. Puis, la petite fille disparue par lots de petites étincelles. Jules alluma la lumière comme pour essayer de deviner comment la gamine avait pu faire ça, mais quelques étincelles de lumière avait suffit à l’éblouir. Victoire n’était plus là.

    .:E t lorsqu’elle ré-apparue en plein milieu d’une forêt magique, à quelques pas de vieilles ruines des restes d’un château, Vicky ne prit étrangement pas peur. Au contraire, elle pensait rêver, elle pensait être en sécurité avec sa peluche. Et qu’importe ce qu’il arrivait, ici elle n’entendait plus ses parents. Ici, elle n’avait plus mal à coeur.

    .:M ais comme il n’est pas bon de traîner dans la forêt lorsqu’on est une petite fille de 7 ans, ça n’est encore moins bon de l’être lorsqu’on vient d’apparaître dans un forêt magique. Une forêt magique appelée autrefois interdite, et dans laquelle les créatures pourrissaient depuis des centaines d'années sans avoir vu la moindre once de chair, de viande.

    .:E videmment, un craquement se fit retentir. Il n’avait pas fallut beaucoup de temps à la jeune fille pour se faire repérer...
Revenir en haut Aller en bas
Jules Sherwood

avatar
Âge RPG : 17 ans
Baguette magique : ζ
Nationalité : ϖ
Type de Sang : Inconnu
Messages : 6
MessageSujet: Re: L'arrivée Mar 9 Avr - 2:22

    Ξ D eux doc' martens noires s’écrasent avec brutalité sur les branchages secs d’une forêt magique. L’atterrisage du jeune garçon était accompagné de jurons plus crus les uns que les autres. En face de lui, Victoire retint son souffle. La tension était monté d’un cran si vite dans son petit coeur que la gamine parut faire une crise cardiaque. Et pour ne rien faciliter, alors qu’elle s’attendait à se faire attaquer par une quelconque créature, voilà qu’elle venait d’appercevoir un jeune garçon apparaître, tombé d’un peu plus haut, comme par magie.

    Ξ U n moment plus tôt, ce jeune homme, Jules, parcourait une chambre rose de petite fille à la recherche de sa soeur. Il avait relevé tout d’abord l’armoire à livres d’un coup sec, espérant de ne pas y trouver Vicky blessée dessous. Il avait entendu ses parents le rejoindre à l’étage. Le bruit que le meuble avait fait en se renversant avait alerté toute la petite famille. Mais où donc s'était volatilisée Vicky ??
    Jules avait ensuite envoyé en l’air tout les coussins et tapait du pied le sol. Il était bel et bien persuadé d’avoir vu Victoire se tenir juste là quelques secondes auparavant... Ses parents lui hurlèrent dessus, c’est ce qu’ils savaient faire de mieux. C’était aussi le seul domaine, ces derniers temps, dans lequel ses parents arrivaient encore à se mettre d’accord: faire toutes les remontrances du monde possible à Jules. Il était devenu leur seul et dernier objectif commun.

    Ξ L e jeune homme n’en avait que faire des remarques incongrues que lui sortait ses géniteurs. Un seul mot cognait avec rage toutes les parois de sa tête: Vicky !
    Jules ne se voyait pas faire une déposition à la police comme étant la dernière personne à avoir vu la gamine. De plus, on l’aurait soupçonné à coup sûr d’avoir fait disparaître la petite. Lui en plus qui l’aimait plus que tout ! Il fila sous le lit, hurlant plus fort que ses parents. Il supplia qu’elle sorte de sa cachette qu’importe la raison pour laquelle elle avait ressenti le besoin de s’enfuir. Jules jurait qu’il la protégerait vaille que vaille, mais il fallait d’abord qu’elle revienne dans ses bras !

    Ξ S ous le lit, le garçon tapait du poing sur le fin parquet avec rage. Par pitié, qu’on ne le laisse pas seul dans ce monde ingrat d’adultes complétement stupides et aigris ! Il n’aurait plus aucune raison de rester à la maison, de supporter ses parents et le reste de sa débile de famille, sans chaque jour le sourire de Victoire, sans chaque jour l’écho du rire de la petite blonde.

    Ξ T andis qu’il tapa d’un coup plus fort avec son poing, le parquet sembla faire un saut par lui-même. Dans l'embrasure de la porte d'entrée de la chambre, ses parents étaient passés des menaces à l’échaffaudage d’un plan pour rattraper leur fils devenu complétement dingue à leurs yeux. Jules voulu se relever d’un coup sec et se cogna la tête contre le sommier du lit. Le parquet, juste sous lui se mit à vibrer et doucement le sol se déroba, disparaissait comme par enchantement. La sensation de sentir son ventre flotter dans le vide, perturba Jules et malgré le fait qu’il contenait toute cette rage en lui, il ne fut pas mécontent de voir à nouveau apparaître ces petites étincelles dorées mais cette fois sur le parquet et contre sa chemise.

    Ξ A lors qu’il tomba en avant, bien plus profond sous le lit, le son des voix de ses parents s’éloignèrent. La main de son père frôla sa doc' martens droite et Jules en avait juré les dents serrées, pas question de se faire attraper. Bien qu’il ne comprenait pas le phénomène, Jules était néanmoins certains que les étincelles le ramènerait vers Victoire !
    La frustration est la soeur de l’imagination. Et lorsque celle-ci est si forte, elle peut elle aussi, réaliser l’impossible.

    Ξ J ules atterri en pleine forêt, derrière Victoire. Néanmoins, les étincelles n’avaient pas été des plus tendre avec lui, son atterrissage s’était fait de fort haut et le garçons jura une fois de plus tant la chute fut abrupte.
    Jules plissa les yeux. Au loin, les restes d’une antique tour de château trônait à quelques pas de la forêt dans laquelle il venait de s’écraser. Mais quel lieu étrange ? S’était-il donc cogné la tête si fort contre le sommier pour rêver d'un monde moyenâgeux ? Devait-il s'attendre maintenant à voir un chevalier tuer un dragon ?
Revenir en haut Aller en bas
Zéphyra

avatar
Âge RPG : 1007 ans
Baguette magique : ζ
Nationalité : ϖ
Type de Sang : Inconnu
Messages : 5
MessageSujet: Re: L'arrivée Lun 29 Avr - 0:01

    .:V ictoire lâcha un cri strident en serrant les poings et en fermant les yeux. Puis se laissa tomber à terre dans les branchages, comme morte. La gamine avait l’impression que son joli rêve tournait en cauchemar. Qu’est-ce que son grand frère pouvait bien faire en plein dans son rêve ?? Ca n’était pas ce qu’elle voulait ! Oh non, pas du tout.

    .:L ‘espiègle gamine ouvrit délicatement un oeil, visant le ciel bleu et la cime des grands arbres. Puis, lorsque Jules s’approcha d’elle, se remit à crier de plus belle. Il fallut que son frère lui dise deux trois mots pour la faire se relever. Le monde dans lequel elle et lui se trouvaient désormais, semblait très réel. La chute de Jules avait été carrément détonnante.

    .:I ci, les sentiments semblaient décupler. Les deux enfants avaient déjà connu la peur mais jamais celle, par exemple, de se faire dévorer tout entier, de se sentir observer par tout un tas de créatures grouillantes ou volantes ou d'être à ce point perdu, se préparant à tout et surtout au pire. Ici, les interrogations pouvaient voler très haut, aussi haut que les remparts du plus grand châteaux. Mais restaient-elles pour autant tout aussi insurmontables ?

    .:L a petite Vicky rejoignit Jules qu’elle prit délicatement par la main. Les étincelles, la forêt et l’évasion qu’on lui offrait des ennuis de ses parents ne la faisaient plus du tout rire. Pourquoi tout ceci était arrivé ?

    - Dis Jules, comment on rentre à la maison ? Je crois que j'ai école demain ...

    .:B ien que débrouillarde en cours, la jeune fille n’était pas pour autant une addicte de l’école. Ou plutôt si, pour voir ses copines, jouer dans la cour de récréation et pouvoir utiliser les beaux crayons de couleurs qui composaient sa trousse. Mais, mine de rien, Victoire sentait que louper des jours d’écoles s’annonceraient plus mauvais que bon. Au final, il aurait fallut qu’elle rattrape le temps perdu à étudier, réviser et faire de longs devoirs et ça, Victoire en avait horreur. Surtout lorsque pour ça, elle s’installait au bureau de sa chambre qui était juste en face du sompteux château de princesse avec lequel elle adorait s’amuser.

    .:E t puisque le ciel commença à se couvrir, puisque le ciel s’assombrit, que les pointes des arbres se balançait sous les souffles de vent plus puissant, la petite soeur et son frère décidèrent d’aller de l’avant, d'explorer et surtout de se couvrir de la pluie qui ne tarderait plus. Victoire pensait proposer à Jules d’aller voir dans les morceaux du vieux château là-bas en face, mais elle se retint. En générale, dans les histoires qu’elle avait l’habitude de lire, il n’était jamais bon de se réfugier dans les châteaux lorsqu’il se mettait à pleuvoir. En effet, on y restait enfermé par un hôte pas toujours sympathique, aux dents longues ou aux poils drus. Et, cela, seulement si on avait la chance de ne pas tomber sous l’envoûtement d’une sorcière. Et quand bien même ce serait un gentil château, vu son état, il dévait être gardé par une horrible bête ou un terrifiant dragon surveillant un magnifique trésor ou une princesse tout aussi magnifique.
Revenir en haut Aller en bas
Jules Sherwood

avatar
Âge RPG : 17 ans
Baguette magique : ζ
Nationalité : ϖ
Type de Sang : Inconnu
Messages : 6
MessageSujet: Re: L'arrivée Mer 26 Juin - 2:07


    Ξ L es deux moldus avancèrent vers le château en ruines. L'air aux alentours soufflait des complaintes de solitude, rien autour d'eux ne semblaient être vivants. Leurs pas s'enchaînaient, gravissant roches et tallus. Tantôt le grand frère tendait sa main pour aider l'ascension de la soeur, tantôt la soeur décrivait avec candeur tout sur son passage rassurant Jules dans ce monde vide.

    Ξ A rrivés aux portes du château, les insectes et la rouille renforçaient leur idée d'absence, de château vide, de château fantôme. Jules tenta d'ouvrir la porte. D'abord d'un simple geste, puis avec force et enfin à coup de chaussures, de cris et de rage. Victoire s'était assise sur un rebord en briques juste sur sa droite. Elle savait qu'elle ne serait d'aucune aide à son frère sur ce coup-là. Elle papotait tout bêtement avec sa peluche, rassurant l'ourson Banjo...se rassurant par la même occasion.
    Et Jules tentait de se convaincre que sa soeur avait raison en chantonnant " Ne t'en fais pas mon ptit Banjo, tout va bien se passer. Jules est là, et il est fort !! "

    Ξ P uis un craquement, un rugissement, une sensation froide à glacer le sang et un vent d'une puanteur nauséabonde envahit de sous la porte les deux enfants. Le tout s'accompagnait d'une brume blanche et pure. Les deux Sherwood s'était déjà retrouvés perdus dans le noir, de leur chambre par exemple ou dans les couloirs de leur maison, le soir pour s'échapper d'un de leur cauchemar. Mais comment pouvaient-ils, là, s'en sortir alors qu'il s'agissait d'une blancheur si pure, brouillant leur route ? Les repères ne sont plus les mêmes. L'épaisseur des volutes ne permettant même plus de deviner quoique ce soit plus loin que le bout de son nez.

    Ξ S e parler, se guider, se retrouver, se toucher ? Les Sherwood étaient deux et ce fut-là toute leur force. Jules savait que Victoire se trouvait sur le petit rebord de brique. Avec méthode et concentration, il essaya de retrouver le muret. Mais quelque chose d'effroyable anéantit le garçon à l'instant: Victoire pleurait.

    - Vic' arrête ça de suite. Ca va aller, je te dis... Ce n'est certainement qu'un peu de poussière. Tu ... tu m'entends ? Allez viens par-ici, essaie de voir d'où vient ma voix, je suis tout prêt. Encore quelques pas et je serais là.

    Ξ L e garçon avançait à tâtons. Espérant retrouver vite la douceur de la main de sa soeur. Surtout pour faire cesser ses pleurs, surtout pour être certains de ne plus la perdre...surtout parce qu'il tenait à elle.

    Ξ E t dans l'épaisseur blanche, bien pire que des pleurs, Victoire lâchait des cris à présent. Quelque chose s'attaquait à la gamine, Jules en était sûr ! Connerie de brouillard, piège à con ! Impossible de retrouver Victoire.

    Ξ J ules criait avec rage. La fumée disparue petit à petit, et avec elle, Victoire aussi.
    Jules se retrouvait face au château, comme s'il n'avait pas bougé d'un pouce. La demeure semblait neuve, l'herbe fraîche, le muret reconstruit. Mais où venait d'atterrir Jules encore ?? Et où sa jeune soeur était-elle passée ? Jules commençait à croire qu'il venait de rêver que Victoire l'accompagnait depuis le début ...depuis son atterrissage brutal. S'était-il cogné la tête si fort qu'il venait d'inventer la gamine ? Au sol, Banjo le regardait d'un air triste, aussi triste que l'indice que l'ourson symbolisait...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'arrivée

Revenir en haut Aller en bas

L'arrivée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Potter-magie :: Domaine de Dantremont :: Les bois-
Sauter vers: