Potter-magie
<center><div style="border: 2px dotted cadetblue;border-radius: 30px;box-shadow: 6px 6px 6pxcadetblue ; text: 2px 2px 6px ; width: 400px; height: 200px;overflow: auto; " >

Ce matin vous vous êtes levé sans savoir qu'aujourd'hui allait être un tournant dans votre vie. Vous ignorez encore que vous venez d'entrer dans le monde de la magie, non plus comme un simple spectateur, mais comme futur acteur. Des acteurs bien prometteur, peu importe votre âge ou à quel point vous êtes humains, tant que vous possédez un cœur capable de battre la chamade en connaissant l'amour, tant que vous avez un esprit capable de rêver l’inimaginable, vous êtes les biens venus. Dantremont l'école où vous allez apprendre à utiliser votre baguette, comme un pinceau pour la réalité. Vos chemins vous on conduit vers notre école, alors bienvenue!

</div></center>


亗 ☆ Potter-Magie ☆ 亗
«C'est un endroit magnifique pour être avec des amis...»
 
AccueilAccueil  PMPM  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

{ Vis un Autre Jour }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Peter Summer

avatar
Âge RPG : 15 ans
Baguette magique : 9
Nationalité : Anglaise
Type de Sang : Inconnu
Messages : 4
MessageSujet: { Vis un Autre Jour } Mar 9 Avr - 12:23

" Je ne suis pas un adulte ! " Cette phrase je la répétais sans cesse à ma mère qui souhaitait que je me montre plus responsable. Plus responsable... je n'ai que 15 ans ! Enfin presque... C'était surement mon milieu qui voulait que je sois plus sage et discret que les autres enfants de mon âge. Mais je voulais juste m'amuser et garder l'innocence de mon enfance. Malheureusement, rien ne présageait que je puisse, avant mes 18 ans, jouer avec ne serait-ce qu'une voiture miniature ou un ballon. Moi je rêvais d'aventure, de monstres et de combats d'épées. Je rêvais d'entrer à l'intérieur des livres que je lisais en cachette le soir dans mon lit. Un ami à moi, Alvin, m'avait récemment prêter un livre soit disant magique. Il soutenait que si on croyait au livre, on finissait par pouvoir entrer dans le livre. Mais ce n'était que des histoires, Alvin avait lui même échouer. Pourquoi ce serait différent avec moi ?

Mon père , il n'était jamais là. Je ne peux pas dire que je pouvais compter sur lui. Il était inutile à ma vie. Mais Maman ne voulait pas le quitter, l'oublier et s'obliger à prendre un époux un peu plus modeste. Je ne sais pas ce qu'elle pouvait lui trouver. Elle aussi, je ne l'aimais pas, ou plus. Il fût un temps où nous étions heureux tous les deux, mais elle était devenu une femme de la "haute", une femme respectée et soumise aux dogmes de la société. Elle souhaitait tellement que je sois comme elle et surtout comme mon père, un homme tout de même brillant mais horriblement chiant. J'étais un esprit rebelle dans une vie dictée de règles absurdes. Un enfant privé de joies simples et de jeux. Ne pourraient-ils pas comprendre ? Comprendre que je ne voulais plus faire parti de leur monde ?

Il y a en moi d'immenses étendues de champs et d'océans, du vent de printemps dans les arbres, de profondes odeurs de fleurs. Je voyage rien qu'en fermant les yeux, sans avoir jamais parcouru le monde. Et pourtant, je reste malheureux. Car ce ne sont que des rêves, des chimères qui ne me laissent au réveil qu'un goût amère dans le coeur. Je serrais ainsi la main sur ma poitrine, mes yeux se plongeant dans le vide d'une salle de bal. J'étais aller m'asseoir près du buffet de crudités, décidément ces humains n'avaient aucun goût pour la bonne nourriture. N'y avait-il rien de mieux que des concombres et des carottes peu ragoutantes dans leurs cuisines ? Heureusement que nous, Ylfe de Lune, avons le goût des bonnes choses : le miel, les nectarines gorgées de soleil et le vin de plus de 100 ans d'âge. C'est vrai, je détestais ma famille et la haute société magique, mais il fallait reconnaître qu'il y avait bien des avantages.

Oh non, non... Ne viens pas vers moi s'il te plaît. " Désolé je ne danse pas". Et encore une que j'ai dû envoyer valser. C'était pénible d'être une personnalité de haut rang. De plus, on le devinait facilement avec mes oreilles, taillées en pointes et rabaissées vers l'avant, comme celles de ma race. D'ordinaire, je portais un bonnet pour pouvoir me promener en ville. Londres n'est vraiment pas charitable avec les personnes différentes du commun des mortels. D'ailleurs la mort et moi, c'était deux choses impossibles, sauf si quelqu'un l'avait décidé pour moi. De quoi devenir paranoïaque ! Au moindre geste brusque, à la moindre tentative d'approche, on s'imaginait notre fin venir. Moi, je vivais un peu sans me soucier de tout ça. Mes 15 ans d'apparence reflétait en réalité des centaines d'années d'existence terrestre, mais je préférais dire avoir 15 ans. Qu'ai-je fait pendant tout ce temps ? J'ai supporté mes parents ! Je suis des plus farceurs pour leur en faire voir de toutes les couleurs. Mon imagination pour inventer de nouveaux pièges est sans failles. J'aimerais rester cet éternel enfant que je suis, toujours m'amuser ! Toujours vivre libre ! Un esprit vagabond voulant atteindre le soleil !

Que cette fête était ennuyeuse... Je me levais de ma chaise, pensant trouver une tête familière dans la foule qui se dessiner devant moi, mais rien, personne. Voyant ma mère se rapprochait à vive allure de moi, je décidais de m'enfuir.

"Peter ! PETER ! Reviens ici !" elle n'avait vraiment aucune gène pour me faire honte devant tout le monde. " Peter ! Je te préviens, si tu pars de cette fête, si cette fois tu me déçois encore..." dit-elle en m'attrapant violemment le bras. "...Je ne veux plus jamais te revoir." finit-elle par dire dans un lourd murmure agressif.

Tant mieux ! Moi non plus je ne voulais plus la revoir ! LES revoir ! Je voudrais juste être moi ... Et encore mieux si c'est ailleurs. Je repris mon bras des griffes de ma mère, lui jeta un dernier regard menaçant et je suivis mon propre chemin jusqu'à chez moi, prendre quelques affaires avant de "partir pour toujours".

Arrivé à la maison , je respirais encore une fois l'atmosphère pesante de cet endroit, une dernière fois. Quelques marches craquantes et j'atteignis ma chambre sans difficulté ni même une larme. On vivait finalement très humainement. Mon regard se posa alors sur le fameux livre magique d'Alvin. Jamais personne ne m'avait donné autant de plaisir que les livres en plusieurs centaines d'années, et ce livre, je ne l'avais même pas encore ouvert. Par peur d'être déçu qu'il ne soit pas vraiment magique ou au contraire, par peur que ça marche ? Je pris le livre et je me posais sur le sol de ma chambre. La couverture était des plus banales, mais elle avait un léger détail qui me laissant admiratif : le petit symbole étrange gravé d'or sur le bas de la reliure. On aurait dit un rond dans un triangle, tranché symétriquement par un trait verticale. Ça ne me disait vraiment rien, mais je voulais en savoir plus. Il n'avait pas de nom, pas de préface ni même de remerciements. Quel livre bizarre... L'ouvrir, fait ! Et rien ! Pas même un petit souffle. Mais par contre, étonnement, toutes les pages étaient blanches. Alvin m'aurait fait une blague ? Comment pouvait-il l'avoir lu ....

Quand soudainement, un trait, une lettre d'or se dessina sur la première page. Le bruit du papier qu'on gratte était exquis et l'écriture était légère et brillante.

" P-R-E-T -? " épelais-je avant d'en comprendre le sens. Prêt à quoi ? Par inconscience, je répondis oui. Mais c'était surtout la curiosité qui parlait à ma place. A peine ai-je pensé oui, le livre se mit à se craqueler, de légers filets dorés de lumière sortaient de ces fissures. C'était un magnifique spectacle de jeux de lumière brillante. Et soudain, une odeur délicate d'herbe fraîche et de vieille pierre vînt émouvoir tout mon corps. C'était mon aventure ! Je la sentais au plus profond de mon être. Je posais alors la main sur la page griffée de lumière et un flash blanc m'envahit.

Tout redevint alors plus réaliste. De l'herbe, du vent, un château... un château ?! Qu'est-ce que c'était que cet endroit ?! Enfin, je suis aller un peu vite en besogne... Une ruine de château. C'était sombre et délabré. C'était à mon image...Le regard fixait sur cet édifice, je voulais en savoir plus... un brin de courage me suffit pour m'avancer au plus près de la ...porte d'entrée ... ? Apparemment. La porte était si lourde... Mais je sentis soudain quelqu'un m'aider à pousser pour y entrer....
Revenir en haut Aller en bas
Seth Matthew

avatar
Âge RPG : 25 ans
Baguette magique : bois d'acacia - 34,5 cm - plume de phénix.
Nationalité : Anglaise
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 14
MessageSujet: Re: { Vis un Autre Jour } Mar 16 Avr - 7:55

" Besoin d'aide ? " dit Seth avec un large sourire présomptueux.

Il avait ses mains disposées de part et d'autre de Peter, appuyées sur la lourde porte. Seth était bien plus grand que le jeune Summer. Du haut de ses 25 ans, il avait l'air d'un homme d'affaire bien sûr de lui. Ses yeux étaient vert émeraude laissés croire qu'ils reflétaient sa beauté intérieure mais ce n'était pas un être bon à proprement parlé. Lui, personne de notoriété évidente, ayant appartenu à une grande école de sorcellerie, était quelqu'un d'assez crâneur, maladroit et surtout rancunier. Œil pour œil, dent pour dent. Bon il avait aussi des qualités, comme euh ... laissez moi réfléchir... OK OK! Laisse tomber le narrateur, je reprend les commandes ! Très bien, je n'ai aucune qualité ! Aucune "bonne qualité". Parce que sinon je suis très intelligent, beau, merveilleux, incroyablement moi et surtout riche ! J'admet qu'être riche n'est pas une qualité mais plutôt une récompense obtenue après de très longs labeurs.

J'étais devenu riche très bêtement en fait, j'avais un métier qui mettait en relation le monde moldu et celui des sorciers : la politique. Avocat pour les moldus sans aucun doute coupable des pires crimes et ministre des accidents inter sorcier-moldu au ministère de la Magie. Bref, j'avais réussit ma vie à la fleur de l'âge. Oh comment je suis trop bon ! De toute façon, je ne pouvais pas rater ma vie, mes parents ne me l'auraient jamais pardonner. Ce n'est pas que j'avais peur d'eux, mais ce sont de terribles personnes qui se refusaient tout échec même de la part de leur enfant.

C'est pour cela que je n'échouais jamais. Même si pour cela je devais innocenter les pires tueurs et violeurs d'enfants. On ne pouvait pas tout avoir. Même moi je devais me faire à cette idée. J'aurais innocenté Voldemort si celui-ci m'avait payé pour le faire ! C'est que je tenais plus au chèque de fin de mois et à la victoire qu'à la réputation que je pouvais bien avoir chez ces moldus. Ces gens-là s'amusaient à me donner de nombreux titres : l'avocat du diable, le sauveur de monstres... etc etc ! Peu m'importe en fait, du moment que je rachète mon âme et mes mauvaises actions au Ministère de la Magie. Je défendais ceux qui méritaient de l'être, sans jamais de pot-de-vin. Bizarrement, j'étais un bon sorcier mais un moldu exécrable. Peut être parce que j'aimais la provocation et que les moldus, je m'en fichais. Mais royalement !

En tout cas, ma dernière enquête pour un accident de magie m'avait mené à ces étranges ruines d'une sorte de château. Je ne voulais pas y aller, dès le début j'avais senti que quelque chose allait m'arriver à cet endroit. Déjà j'avais horreur des endroits totalement abandonnés, ça sent la mort et les esprits tourmentés ne sont jamais loin pour revenir te donner le frisson. Non je n'ai pas peur des spectres ! Qu'est-ce que vous croyez ?! Juste que je ne les aime pas, ces anciennes personnes semblent tellement fières d'être dans cet état de seconde vie invisible.

C'était très doucement que j'étais apparu derrière le jeune homme qui essayait d'entrer dans ces ruines. Il avait l'air jeune mais quelque chose me perturbait. Peut être bien la forme étrange de ses oreilles. Le garçon n'était pas un moldu, ça c'était certain. Ses cheveux blonds, cet air angélique et surtout ses oreilles semblaient indiquer que je me trouvais en présence d'un elfe. Je n'aimais pas les créatures de ce type : Crâneuse et rancunière... Justement parce qu'elles me ressemblaient trop et que moi, je n'avais pas leur vie éternelle ! Raah, j'aurai tellement aimé vivre des centaines et des centaines d'années, je serais devenu tellement riche et cultivé après toutes ces années.


Mon approche était un peu hasardeuse mais j'avais réussit à ouvrir la porte avec peu d'efforts.



" Ne me remercie pas, c'est toute ma vie d'aider les pauvres créatures dans ton genre ! Tu sais, je suis terriblement fort, plus qu'il n'y paraît ! " finis-je par dire dans un nuage d'étincelle.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Summer

avatar
Âge RPG : 15 ans
Baguette magique : 9
Nationalité : Anglaise
Type de Sang : Inconnu
Messages : 4
MessageSujet: Re: { Vis un Autre Jour } Sam 18 Mai - 2:23

Je me retournais vivement en présence de ce drôle d'individu. J'avais mal compris sa dernière phrase, il avait l'air de s'extasier sur sa propre personne. C'était un peu drôle mais assez gênant. Il me regardait de trop près et je n'appréciais pas vraiment cette initiative. Mais quand même, il allait m'aider à pousser cette porte. Alors je ne pouvais lui en vouloir d'être crâneur à souhait. C'était étonnant de voir que je n'étais pas le seul présent dans cet étrange endroit. Je ne pensais pas qu'il était si visité. Moi j'étais arrivé un peu bizarrement ici, à travers un livre magique soit disant mais lui il semblait venir du monde sorcier. Ces vêtements sentait la poudre de cheminette à plein nez, peut être bien un membre de Ministère de la Magie. Dans ce cas là, je n'avais rien à craindre de cette personne, car je faisais partie du même monde que lui.

" Monsieur, au lieu de jacasser, aidez-moi donc à pousser ! " lui rétorquais-je pour avancer à quelque chose.

Bien qu'il n'avait pas l'air méchant, cette personne n'avait pas l'air très gentille non plus. Il émanait de sa personnalité un côté sombre mais qui en était tout autant mystérieux. Je pouvais le ressentir quand l'homme se tenait derrière moi. C'était une étrange position, ses mains au dessus des miennes sur la porte, j'avais l'impression qu'il voulait à tout prix me montrer qu'il m'était très utile. Alors qu'au fond, j'aurais pu pousser cette porte par moi même après un long moment d'effort. Et ce parfum qu'il portait !Ce n'est par que ça sentait mauvais mais c'était bien trop fort pour mes narines. Ne pouvait-il pas se reculer et vite ! Si c'était ça devenir un "homme" je refusais de me prêter à ce jeu. Je préférais rester un éternel enfant pour ne jamais avoir l'obligation de mettre ne serait-ce du parfum pour être plus viril !

" Hum pourriez-vous m'aider à pousser, plutôt à mes côtés parce que derrière moi c'est... déstabilisant. " ajoutais-je sans me retourner vers lui.

Que pouvait-il y avoir derrière cette énorme porte ? Des dédales de couloirs ? Des créatures enfermaient là depuis des siècles ? Ou même un trésor inestimable ? J'avais hâte d'entrevoir les entrailles de ce château. De toute ma vie, je n'avais pu commencer pareil aventure. Ce n'est peut être rien pour l'homme à mes côtés mais pour moi ça représentait l’achèvement d'une vie dénuée de toute histoire à raconter. A chaque seconde je sentais mon coeur palpiter. Ma réalité devient quelque chose de totalement nouveau. Je reviendrais chez moi et je leur dirais à tous ce que j'ai vécu ! Je reviendrais... Non... je ne peux pas revenir chez moi... Ma mère me l'avait bien dit, si je quittais la fête, jamais plus elle ne voulait me revoir. Alors, je ne crains plus de ne plus les revoir, quitte à vivre cette aventure, je la vivrais pleinement avec tous les risques qu'elle comporte.

Soudain, un clac, un mouvement en avant, de la poussière qui se soulève. La porte avait enfin décidé de céder et commencer à se déplacer. aller ! Je peux le faire ! Avec l'aide de l'étrange personne qui m'accompagne, je pouvais tout à fait ouvrir cette porte ! Et avec persévérance, enfin elle s'ouvrit. Je m'étais retenu de tomber au bras de l'homme, celui-ci me regarda avec un sourire un peu gênant , mais je n'y prêtais plus attention et je pouvais enfin admirer ce qui se tenait derrière la lourde porte. Il n'y avait ni créature, ni trésor, mais bien un long couloir qui menait on ne sait où. Les toiles d'araignées jonchaient les murs, on n'y voyait presque rien. Je voulais explorer je voulais me rendre à l'intérieur, mais j'avais déjà quelqu'un à remercier...

" Bon et bien ... merci ! La porte est ouverte ! Moi je vais aller explorer un peu, si vous voulez me suivre ...euh ... ? " dis-je en me rendant compte que je ne connaissais pas son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: { Vis un Autre Jour }

Revenir en haut Aller en bas

{ Vis un Autre Jour }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Potter-magie :: Domaine de Dantremont :: Jardins :: Parc-
Sauter vers: