Potter-magie
<center><div style="border: 2px dotted cadetblue;border-radius: 30px;box-shadow: 6px 6px 6pxcadetblue ; text: 2px 2px 6px ; width: 400px; height: 200px;overflow: auto; " >

Ce matin vous vous êtes levé sans savoir qu'aujourd'hui allait être un tournant dans votre vie. Vous ignorez encore que vous venez d'entrer dans le monde de la magie, non plus comme un simple spectateur, mais comme futur acteur. Des acteurs bien prometteur, peu importe votre âge ou à quel point vous êtes humains, tant que vous possédez un cœur capable de battre la chamade en connaissant l'amour, tant que vous avez un esprit capable de rêver l’inimaginable, vous êtes les biens venus. Dantremont l'école où vous allez apprendre à utiliser votre baguette, comme un pinceau pour la réalité. Vos chemins vous on conduit vers notre école, alors bienvenue!

</div></center>


亗 ☆ Potter-Magie ☆ 亗
«C'est un endroit magnifique pour être avec des amis...»
 
AccueilAccueil  PMPM  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le belle forêt des contes de fée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Le belle forêt des contes de fée Lun 3 Juin - 23:52


L'ombre se trouvait là. Elle n'avait pas à l'expliquer, et puis, de toute manière, elle ne s'expliquait jamais. Elle se trouvait dans cette belle forêt des contes de fée. Celle où fuit la jeune femme, où vit ces protecteurs et celle qui parfois la cache.

La belle forêt de conte de vie avait vu l'ombre naître et grandir en elle. Un étrange mélange de peur, de vilénie et de cauchemar, pourtant elle avait gardé l'âme de la forêt et donc restait un être étrangement magique, magnifiquement doux et terriblement aimant.

L'ombre est ici sur son lieu de naissance. Elle restait sous ce grand saule donc les branches voletaient au gré du vent, tout en silence. Cet chose, on peut bien parler de chose, l'ombre n'étant pas humain, animal ou encore moins végétale, était simplement là assise à attendre que le temps passe, que la vie trépasse et que les jours s'éteignent pour disparaître dans l'obscurité.

Ce soir elle revenait d'une longue promenade qui l'avait mené jusqu'au imposant mur de Dantremont où elle avait vu de nombreux sorciers essayant de trouver un peu de bonheur. Elle eut se que pouvait ressembler à un sourire. Ils n'étaient pas si différent des simples humains...

Un bruit dans les feuilles le fit relever le regard... Quelqu'un approchait!




♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠


Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Lucas Jude

avatar
Âge RPG : 25 ans
Baguette magique : Hêtre - Sang de Loup-Garou
Nationalité : Allemande
Patronus : Sphinx
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 4255
Citation : Tant que l'homme sera mortel, il ne sera jamais décontracté.
MessageSujet: Re: Le belle forêt des contes de fée Mar 4 Juin - 1:25

    Lucas avait récemment était muté à Dantremont, accompagné de l’élève Théo D’or Stella. Ces deux là avaient développait une relation bien plus que profonde qu’un professeur doit avoir avec son élève. En effet, depuis leur escapade en Espagne les deux s’étaient fortement rapprochés. Quand Lucas avait appris qu’il devait partir en France pour être professeur d’Histoire de la Magie et en plus de Neuromagie, il ne pouvait pas laisser cette occasion passer. Il pouvait ainsi développer son autre passion. Théo n’avait pas désiré voir son « frère spirituel » partir loin de lui. Etant français d’origine, l’élève de 5ème année l’avait accompagné sans trop d’hésitation, ni de remord de quitter Poudlard. C’était surement un nouveau départ pour les deux hommes.

    Mais Lucas n’était pas dupe. Il savait que cette mutation n’était pas anodine, et que certains liens avec Poudlard n’allaient pas être brisé. Il avait déjà eu vent qu’un ancien élève de Poudlard était aussi à Dantremont, et qu’ils allaient surement être bientôt rejoins par des souvenirs du passé. Mais, après quelque recherche, il avait appris qu’un quelque chose rassemblait les gens à Dantremont. Les gens du passé, et du futur. C’était bizarre à expliquer, mais depuis que Lucas foulait l’école française, il se sentait comme épiait et aspirer.

    Il ne se laissait jamais décourager et entreprit d’autres recherches. Il vaganbondait donc dans Dantremont pour chercher réponses à ses questions. C’est à un moment particulier qu’il vit une découverte intéressante. Comme Poudlard, Dantremont empêchait le transplanage. Or, dans un endroit du parc qui devait être ombragé par arbre, il y avait une présence de lumière. De plus, quand on se plaçait à cet endroit, Lucas sentit qu’il pouvait transplaner. Sans attendre plus longtemps, il se laissa partir où on lui dirait d’aller.

    Il se retrouva donc en un instant dans une forêt où tous les arbres semblaient venir de différent continent et climat. Il restait donc dans un endroit magique, mais Lucas ignorait sa localisation. Il savait cependant que s’il transplanait, il reviendrait à Drantremont. Il se prit de curiosité pour les arbres et commença à les toucher un à un. Il semblait si vieux et robuste. Lucas avait l’impression que ces dieux de la nature avaient tout vue et tout vécue. Ils les considéraient un peu comme des sages.

    Mais il avança à nouveau et fit une rencontre des plus étonnantes. Il avait beaucoup de choses dans sa vie de sorcier. Mais il y avait face à lui une ombre. Un être hagard l’aurait pris pour un spectre ou un fantôme, mais Lucas ne s’y trompait pas. De plus, il avait l’impression de la connaître. Et c’est avec naturel qu’il prononça ces mots :

    « Voilà donc l’origine. »

    Il savait qu’il n’avait pas besoin de se présenter. Et l’ombre pourrait interpréter ses mots de n’importe quelle manière, car d’une certaine façon, n’importe qui est à l’origine de quelque chose. Mais il y avait dans cette forêt quelque chose de beaucoup plus spirituelle.

♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠



Dernière édition par Lucas Jude le Ven 7 Juin - 1:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Re: Le belle forêt des contes de fée Mer 5 Juin - 20:05

Un homme, la vingtaine, passa le rideau de branches et de feuilles. Il l'observa quelques instants qui aurait bien pu n'être qu'un éclaire pour l'ombre, mais, il dura plus. Il lui adressa la parole. C'était bien la première fois qu'un humain lui parlait.

L'origine? Non, il n'était pas l'origine pas de cette forêt puisqu'elle en était le fils. Pas non plus de ce monde ou d'une quelconque forme de magie. L'ombre n'était qu'un observateur passif, sans but.

Elle relava les yeux et ils plongèrent directement dans ceux de l'autre homme. L'ombre y fut comme aspirer, happer comme on l'est quand on se retrouve dans un courant trop fort.

Justement il était question de courant. La mer s'allongeait en immenses vagues qui créant vallons et montagnes. Ils étaient là, l'homme et l'ombre. Il pouvait apercevoir un phare s'allongeant vers le ciel quand aucune vague ne le cachait.

L'ombre n'aimait pas l'eau. Elle était source de toute vie sauf de la sienne. Elle n'aimait pas l'eau parce que cette masse se glissait partout et changeait tout sans distinction, homme, batiment, vie, magie... Pourtant elle se trouvait à une bonne centaine de mètre de la cote, au milieu d'une mer en furie et qui plus est sous un ciel des plus sombre.

L'homme ne semblait plus la voir. Il lui semblait qu'il cherchait autre chose. Un jeune garçon. Oui, il le voyait là bas! Le garçon ne semblait pas se battre pour nager. Une vague les poussa vers l'enfant et cet homme l'agrippa.

L'ombre fut tirer vers le fond, une créature immonde avait saisi sa jambe et essayait de l'emmener dans les tréfonds. Elle n'arrivait plus à respirer, elle suffoquait.

Elle prit un immense inspiration et se retrouva dans la belle forêt des contes de fée. Il se souvenait maintenant; cet homme n'était plus humain: c'était un immortelle. Un de ces êtres qui n'arrivent pas à marquer l'histoire et qui, à la place, suivent son cour en espérant y changer les règles.

- Je ne suis pas l'origine. L'origine crée, modifie, change. Moi j'observe...[/b]

♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠


Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Lucas Jude

avatar
Âge RPG : 25 ans
Baguette magique : Hêtre - Sang de Loup-Garou
Nationalité : Allemande
Patronus : Sphinx
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 4255
Citation : Tant que l'homme sera mortel, il ne sera jamais décontracté.
MessageSujet: Re: Le belle forêt des contes de fée Ven 7 Juin - 1:02

    « Ne pensez pas vous pas que l’observation est l’origine même ? Peut-on réellement réaliser sans avoir observé ? Je me pose la question tous les jours, et en tant qu’historien, je ne pense pas que cette question n’est qu’une simple réponse »

    Lucas avait prononcé ces mots sans regarder l’ombre. Il ne savait même pas pourquoi il lui parlait. Ni pour quoi, d’ailleurs. Il se sentait vraiment happé par sa présence, et il était persuadé qu’elle avait un lien avec son arrivée à Dantremont. Bien entendu ce lien devait être indirect, voir implicite. Le directeur de Dantremont avait besoin d’un professeur. Mais, en terme de conscience, pourquoi Lucas avait-il était choisi pour venir en France ? De plus, il avait senti que son élève allait l’accompagner. Il manquait un sens concret à tout ça, comme dans toutes choses. L’ombre n’était pas innocente, et elle ne devait pas s’en rendre compte. Et ce n’était pas sa faute après tout.

    Lucas ne savait rien de ce qu’il faisait ici. L’ombre n’allait surement pas l’influencer plus… si l’on peut parler d’influence. De toute manière, il n’avait pas peur. Il était même heureux de pouvoir échanger avec elle. Il avait simplement la certitude qu’il n’était pas là pour rien. Mais du coup, il savait aussi que l’ombre n’aurait pas les réponses à ses questions.

    Cependant, elle lui disait d’observer. Et en plus d’être une certaine origine, elle était pour sûr source de savoir. Quel âge avait-elle ? Il l’ignorait. Mais elle devait en connaître beaucoup sur le monde et sur les gens. De plus l’ombre était humaine. Existait-il des ombres végétales, animales, minérales ? Il ne le savait pas. Mais cette ombre représentait l’humain. Pour Lucas, cela faisait trop de coïncidence. Il ne savait plus trop quoi dire par contre, il ne voulait pas molester cette magie, cette fois-ci par peur.

    En revanche, il ne voulait pas partir non plus. Il s’assit donc sur une pierre et la regarda à nouveau. Il ne savait s’il devait continuer à parler, ou la laisser répondre. Il se demandait si cette ombre était autre fois rattachée à un corps. C’est dans les contes de Peter Pan où l’on apprend que l’ombre de Peter peut partir à sa guise. Mais y’avait-il vraiment des similitudes ? Lucas avait toujours pensé que l’imagination n’était le fruit que d’une expérience, aussi mince soit elle. Cette histoire avec Peter Pan n’était surement pas sortie de nul part.

    « Si vous n’êtes pas l’origine, ou même une origine, expliquez pourquoi je me sens à la fois si proche de vous, et si éloigné ? Pourquoi ai-je tant de mal à expliquer la force que vous dégagez sur moi ? »

    Mais l’ombre le savait-elle elle-même ?


♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠

Revenir en haut Aller en bas
Peter Summer

avatar
Âge RPG : 15 ans
Baguette magique : 9
Nationalité : Anglaise
Type de Sang : Inconnu
Messages : 4
MessageSujet: Re: Le belle forêt des contes de fée Sam 15 Juin - 14:33

Vivre d'aventure, c'était ce qui m'avait conduit à être différent des autres de mon rang. Je ne souhaitais pas devenir un être contraint de rester à sa place en toute circonstance. Je voulais la liberté d'être ce que je veux être, de dire ou de faire ce dont j'ai envie, de continuer à rire et à apprécier ce que la vie peut m'offrir. Tout ceci, m'aurait été enlevé au fur et à mesure que les années passeraient. Comme une ombre qui s'attarderait de plus en plus sur mes passions, mes envies et mes rêves. Un elfe comme moi, ça n'était pas commun. Tous crurent que j'étais le fruit d'une hybridation avec le genre humain, et que donc ma mère n'était qu'une traînée incapable de rester fidèle pour toujours au même elfe. Ce qui était faux, mais une fois sa réputation salie, il était difficile d'arranger les choses... Déjà que ma mère ne m'aimait pas, mais après cette fâcheuse histoire, elle me détestait et elle s'acharnait sur moi pour que je grandisse un peu. Malheureusement pour elle, je n'étais pas près de grandir, je ferais tout pour rester tel que je suis tout le long de mon immortelle vie. Ce livre magique, je l'avais ouvert car je voulais au fond de moi, qu'il soit vraiment magique et qu'il m'emmène loin de chez moi et de ma famille. Il avait exaucé mon voeu, et je me suis donc retrouvée au coeur d'un royaume dont j'ignorais l'existence et en face d'un château délabré qui était parfait pour une chasse aux trésors. Mais avant toute chose j'avais décidé d'explorer brièvement les environs. Ce n'était pas sans craintes de tomber sur quelque chose de mauvais, mais chaque pas que je faisais me donnait confiance pour la suite de mon aventure. Il n'y avait peut être pas d'oiseaux qui chantaient, mais on pouvait ressentir toute l'âme de la forêt à travers le sol recouvert d'une fine mousse verte perlée de petites gouttelettes d'eau de rosée. Mes poumons se remplirent d'un air pur et délicat, d'une odeur de fleur et d'écorce. Une légère brise vînt soulager mon coeur en colère et je sentis une paix en harmonie avec ce qui se trouvait autour de moi. Au fur et à mesure j'observais de nouveaux décors se dessiner, les arbres changeait, ils devenaient à mes yeux agressifs et à la fois fragiles. Il y avait dans cette forêt une force qui se ressentait et qui faisait ainsi changer les choses d'une manière ou d'une autre. A l'origine, mon peuple fait partie de ce genre de forêt. Les elfes de l'ancien temps se cachaient dans de vastes vallées entourées d'épaisses forêt magique et envoûtantes. On pouvait y trouver d'étranges créatures aussi petites que grandes et aussi gentilles qu'immensément dangereuses. Toutes étaient dans ces forêts pour différentes raisons. Par exemple les esprits de la forêt veillaient à la poussée des plantes, au courant des cours d'eau, alors que les kelpes, les phookas ou les lucioles n'étaient là que pour perdre et tuer quelconque humain s'aventurant dans leurs territoires. Je ne devais pas me perdre, je devais garder l'esprit ouvert et sentir le danger approcher. Mais rien ne présageait ce sur quoi j'allais tomber. Derrière un épais rideau de feuilles et de branches, je pouvais apercevoir quelqu'un. C'était peut être une personne habitant les alentours, ou alors, un aventurier comme moi qui s'était retrouvé ici par hasard. Mais au moment où je m'approchais, je vis autre chose à ses côtés. Une épaisse tâche noire flottante, à forme humanoïde. Je reculais, terrifié par cette vision, je ne devais faire aucun bruit pour ne pas être remarqué et poursuivit.  Que faisaient-ils là ? Étaient-ils des créatures de cette forêt ? Je ne voulais par leur demander mais je voulais tout de même savoir. Leurs lèvres bougeaient, des mots se faisaient entendre, on pouvait comprendre avec des brides de phrases. Origine...créé...observé...force.... tout ça ne me semblait pas de bonne augure. Je refusais de participer à cet échange macabre. Cette ombre, serait-ce la force de la forêt que j'ai ressentis quelques moments plus tôt ? Dans ce cas, je ne serais à l'abri de cet être qu'une fois sorti de cette forêt, mais la sortie était à présent trop loin et le moindre mouvement pouvait signaler ma présence. C'est avec un effort surhumain que j'essayais de me frayer un chemin sans le moindre son, mais hélas pour moi, une brindille vînt à se fendre sous mon pied dans un craquement retentissant. A présent, devais-je fuir ou feindre mon absence ?
Revenir en haut Aller en bas
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Re: Le belle forêt des contes de fée Dim 16 Juin - 0:18

L'ombre ne savait que répondre aux jeunes humains. Si les hommes avaient un défaut; c'était bien celui de trop se poser des questions au point de conclure qu'on observateur était créateur par son observation. L'être noir ignorait sincèrement si c'était vraiment le cas, mais elle aurait créé de nombreuse chose?

La créature leva la tête, quelqu'un venait d'entrée dans la forêt. Le vent le lui avait soufflé dans le creux de l'oreille. La forêt semblait se réveiller à sa venu, comme si il allait commencer un nouveau cycle magique, comme si quelque choses allait changer. L'être sombre décida de répondre à l'humain et ne pas prendre garde à l’intrus; il finirait par venir de lui même jusqu'à eux.

- On ne crée rien en observant, on garde juste le souvenir. Je suis, alors, peut-être l'origine des souvenirs. Quoi qu'il en soit, je ne peux intervenir. La forêt ne me le demande pas.

Un craquement résonna entre les branches, aussi fort qu'un coup de canon. Les feuilles voulaient qu'ils soient entendu. On devait sentir la présence de cet être. L'ombre tourna la tête en direction du bruit. Le vent souffla soudainement soulevant les branches du saules pour les ouvrir tel des rideaux de théâtre.

L’elfe apparut pétrifier au travers de cette ouverture. L'ombre comprit, maintenant elle devait agir, la terre chantait qu'elle devait changer son destin. Le bois craquait violemment lui hurlant ce qu'elle devait faire. Les vents sifflaient.

L'être spectrale se tourna vers l'humain et lui susurra:

- Tu devras le ramener dans ton monde. Il doit apprendre à vivre comme un humain, cette âme c'est trompé de corps. L'immortalité est trop lourd pour elle.

L'ombre sembla glisser sur le sol. Elle arriva vers l'elfe en quelques secondes et aspira étrangement au nouveau du visage du jeune habitant de la forêt. Une petite lumière sortit de la bouche de Peter. Le monde parut en flottement, rien ne bougeait l'ombre s'effondra au sol tandis que la lumière s'envola pour traverser le portail menant à la forêt.

Le spectre avait accompli sa mission. Elle avait agit et maintenant elle suffoquait. La forêt la tuait. Sa noirceur s'enfonçait doucement dans le sol, aspirer par la terre. Mais la créature ne voulait pas mourir, elle se sentait maintenant capable d'agir, capable de créer et de détruire.

Elle regarda les deux êtres présents, même si elle venait de retirer à l'elfe sa longévité, il espérait qu'un des deux la sauve. Elle ne pouvait pas avoir simplement vécu pour rendre mortelle et s'éteindre. Non, cette ombre voulait vivre, changer le monde. L'humain l'avait inspiré. Il lui avait donné une raison de continuer. Il avait observé, il pouvait changer les choses maintenant qu'il savait comment elle était. Elle se devait de le faire.

La terre aspira plus ardemment sa substance, mais l'ombre le refusait. Elle aspirait de nouveaux rêves brisés chez les humains, inhalait les malheurs et se renforçait des haines. Elle retirait à certains humains ces sentiments, ces rêves et ceux ci allait pouvoir faire un pas de plus sur le chemin. La forêt ne la dévora pas, mais l'humain et l'elfe devait l’emmener au loin.

♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠


Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Peter Summer

avatar
Âge RPG : 15 ans
Baguette magique : 9
Nationalité : Anglaise
Type de Sang : Inconnu
Messages : 4
MessageSujet: Re: Le belle forêt des contes de fée Dim 16 Juin - 14:45

J'aurai du fuir. C'était la première chose qui me vînt à l'esprit. Cette forêt s'était jouée de moi, ce monde n'était pas le mien, et je ne m'y sentais absolument pas à ma place. Une rafale de vent souleva les branches derrière lesquelles je me dissimulais. A la vue de tous, je pris peur et mon regard si figea sur les deux êtres qui semblaient me fixer. L'ombre prononça alors des mots qui ne m'étaient pas destiné mais qui parlaient de moi. L'immortalité trop lourde pour moi ? Qu'est-ce que cette créature en savait ? L'immortalité m'accompagnait déjà depuis des siècles, c'était normal pour quelqu'un de ma race d'être immortelle. Comment cet être si sombre pouvait elle me juger de la sorte ? Je ne pris pas le temps d'y réfléchir, cette chose se jeta à mes côtés dans un glissement des plus lugubre. Alors je sentis son souffle sur ma joue, ses yeux noirs ne me lâchant pas d'une seconde. Elle décida de me prendre quelque chose, je le sentis au fond de moi. Elle aspirait ma vie. Elle extirpait de mon être ma longévité héréditaire. Je... Non...Je ne veux pas devenir mortel, j'ai encore tellement de chose à faire et si je deviens mortel le temps me manquera... Pourquoi me faire subir ça ? Je n'ai pas mériter ce qui m'arrive... je n'ai pas... je voulais juste vivre d'aventure, loin des responsabilités que mes parents m'infligeaient ! Vivre éternellement comme je le souhaitais.... C'était peut être trop demandé. L'ombre, après m'avoir aspirée cette force vitale, s'écarta de moi et laissa échapper mon orbe lumineuse de vie vers le ciel. Puis elle s'effondra lamentablement sur le sol de la forêt. L'homme en face de moi ne disait encore rien, comment pouvait-il rester là à ne rien faire pour m'aider ? Il était donc du côté de cette immonde chose.... A la vue de l'agonie de l'ombre, je me réjouissait de la voir souffrir pour avoir commis un tel acte de cruauté envers moi. Mes années perdues... mes rêves d'avenir ... envolés ? Je m'accroupis alors à ses côtés, des larmes vinrent perlées aux creux de mes yeux noircis par la rancoeur. Elle suffoquait, elle suppliait de son sombre regard. Sa chair s'éparpillait et se diluait dans le sol. La forêt semblait me venger. Ce n'était pas mon destin de terminer mortel. Avoir privé un être fantastique de son état d'origine était considéré comme un crime pour les esprits de la forêt. L'ombre devait payer pour ça.

" Je... je ne sais pas ce que tu es... mais je ne t'aiderais pas.... Sauf si tu me rends ce que tu m'as volé !!! " finissais-je par dire en haussant le ton.

Il y avait tellement de haine et de tristesse en moi, mais il y avait surtout de la peur. La peur de ne plus jamais être celui que j'étais avant cette fâcheuse rencontre. Je ne pouvais pas renoncer à mon immortalité, et cette chose me la rendrait même si je devais en payer le prix fort. Je la regardais couler avec tant de mépris, j'attendais de voir dans son regard de néant la quelconque émotion de terreur... Qu'elle ressente ce que j'ai pu ressentir quand elle a décidait de me priver d'une part de mon être. Mais elle semblait se débattre, alors dans un mouvement de rage, j'en viens à utiliser la force. Je frappais cette chose de toutes mes forces en essayant de la blesser le pus possible au visage. Mais rien n'y faisait, même avec toute ma volonté, ce n'était qu'une ombre, un être transparent et intouchable....

" RENDS MOI CE QUE TU M'AS PRIS CRÉATURE ! " ordonnais-je de vive voix, les larmes aux yeux. " POURQUOI ?!! RÉPOND MOI ! POURQUOI TU M'AS FAIT CA ?! "
Revenir en haut Aller en bas
Lucas Jude

avatar
Âge RPG : 25 ans
Baguette magique : Hêtre - Sang de Loup-Garou
Nationalité : Allemande
Patronus : Sphinx
Type de Sang : Sang Pur
Messages : 4255
Citation : Tant que l'homme sera mortel, il ne sera jamais décontracté.
MessageSujet: Re: Le belle forêt des contes de fée Lun 17 Juin - 0:20


    « Stupéfix ! »

    Le sortilège avait fait mouche. Le jeune éphèbe avait était propulsé loin de l’ombre. Il avait profité qu’il soit tourné vers l’ombre pour l’assommer. Par là, il n’avait pas vraiment choisi son camp, mais il avait décidé de sauver le plus condamné des deux. Bien que l’un des deux soit devenu mortel, l’ombre risquait de partir bien avant l’elfe.

    Comment l’ombre pouvait maintenant supposer qu’elle n’était à l’origine de rien ? Elle venait d’ôter le cadeau empoisonné de l’autre… Elle créait sans même savoir. Mais Lucas avait comme l’intime conviction qu’il avait réussi à lui faire comprendre ça. Si elle était en train d’être aspiré, ce n’était pas seulement à cause du don qu’elle avait retiré à l’autre garçon, mais parce qu’elle avait pris connaissance de sa condition et de son pouvoir sur le monde. Ou alors Lucas se fait totalement des idées…

    En tout cas, il devait agir. Il avait choisi pour l’instant de sauver l’ombre. Il ne savait vraiment comment s’y prendre, mais il n’avait plus beaucoup de temps pour réfléchir, car elle se faisait aspirer de plus en plus par la terre, mais surement par la forêt elle-même. Elle avait beau se débattre, rien n’y faisait, elle allait perdre. Le seul moyen pour la sauver était que quelqu’un lui accorde une chance.

    Ce quelqu’un c’était lui. Il savait à partir du moment où il avait reçu sa lettre de mutation qu’il allait devoir faire une chose importante. L’ombre n’était peut être pas l’origine comme il le pensait, mais il devait juste venir pour la sortir de son fléau. Lucas ne pensait pas évidemment avoir été choisi, mais d’autres avaient du passé avant lui sans vraiment saisir les signes qu’il pouvait y avoir autour d’eux. L’émotivité de Lucas devait l’avoir amené jusque ici. De plus, rien n’arrive jamais par hasard, pensait-il.

    Sans hésiter, il planta sa baguette dans le sol de la forêt. Le bois d’hêtre qu’elle contenait commença à se fissurer. Les hêtres de cette forêt commençaient à frémir et à se secouer. Le seul moyen de sauver l’ombre, dans la situation actuelle était de briser sa baguette. Pour un sorcier, ceci est grave de la briser mais il y avait ici une symbolique en plus. Lucas avait attaqué l’elfe, et en brisant sa baguette il se rendait vulnérable pour celui-ci. Il montrait ici comme un sacrifice d’instinct pour sauver l’ombre. Dans un autre cas, ceci n’aurait pas marché. Mais les circonstances étaient bien différentes.

    Lucas sentit sa baguette lui échapper des mains. Le sacrifice n’était donc pas suffisant. Il venait à présent de comprendre. Il aurait fallu les deux êtres pour sauver l’ombre. Il devait donc trouver l’alternative. Il devait donner une partie de lui-même, pour remplacer ce que l’elfe ne pouvait pas donner. Et de toute manière il ne l’aurait pas voulu, tellement il était déchiré par la haine d’avoir perdu son don.

    Lucas planta alors sa main dans le sol. Cette fois-ci c’est la forêt entière qui se déchira. Lucas avait réussi, il le savait. La forêt allait survivre elle aussi, mais elle donna une nouvelle chance à l’ombre. Qu’est ce que Lucas avait perdu ? Il ne le savait pas encore. En tout cas, il était désarmé, l’ombre devait être malgré tout être sonné, et l’elfe allait se réveiller. Son seul espoir serait de parler de Théo, l’autre immortel qu’il connaissait, afin de le calmer.

♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠

Revenir en haut Aller en bas
L'ombre

avatar
Messages : 3143
MessageSujet: Re: Le belle forêt des contes de fée Ven 21 Juin - 23:40


L
'humain venait de sauver la créature. Il avait empêché la forêt de le reprendre. L'ombre se releva secouer. Elle gardait dans son angle de vu l'elfe, elle en avait réelement peur pourquoi avait-elle bêtement écouter la forêt. Ce n'était que du bois, des plantes aussi bête qu'inutile et même si elle susurrait le rêve dans le monde, l'ombre ne supportait plus l'idée d'avoir agit simplement parce qu'elle l'avait ordonné et de n'être venu sur terre que pour cette unique raison.

Les feuilles du grand saule pleureur commencèrent à tomber, comme si l'arbre était mort. C'était le don de l'humain, il tuait le saule, il tuait son père. L'ombre sourit. Elle était vengé et en vie. La pluie de feuille, qui était soudainement devenu brun, continuait. L'être sombre la traversa, caressa l’écorce. Soudain, il la cassa, et le bois explosa créant un cratère dans le tronc.

Le sang de l'arbre, ce liquide ambré, coulait et commença de former une petite flaque au fond du cratère. L'ombre caressa le liquide qui se cristallisa. Une pierre d'ambre venait de se former dans le creux de sa main. Une pierre qui contenait le don de l'humain.

Les feuilles cessèrent de tomber. Le bois se raffermit, laissant la pourriture disparaître. L'arbre ne mourrait plus. Il devait la vie à l'ombre, mais elle la devait à un être humain. Elle l'a devait à un elfe qui lui avait fait prendre conscience de son importance, son influence sur le monde.

- Je suis banni de la forêt. Elle est encore très en colère et nous ferions de partir au plus vite, mais jeune humain. J'aimerais vous faire cadeau de ce que vous avez donné. Je ne sais pas si un jour, il pourra redevenir une partie de vous. En attendant, cette chose se trouve dans cette pierre.

L'être donna l'ambre, qui semblait encore liquide en son centre, à Lucas. Il se tourna alors vers l’elfe qui se remettait à peine du sort.

- Je t'ai retiré ta vie éternel parce que ma mère la forêt m'a dit que c'était bon pour toi. Elle a voulu me faire disparaitre, par la suite. Elle n'a pas tenu compte de ce que je souhaitais. Elle se trompe, c'est peut-être pas ce qui est bien pour toi, mais c'est ce que tu veux. Je veux t'aider à retrouver ta lumière. Elle est chez les humains, mais je ne sais guère où. Je veux réparer mon erreur.

L'être de peur avait à peine fini sa phrase que trois phacochères aussi grand qu'eux firent leur apparition entre les arbres. Ils étaient resté trop longtemps. La forêt leur envoyer des chasseurs. L'ombre leva la main et envoya ce qui était comparable à un sort de mort. Celui-ci toucha, non pas, un des animaux, mais un arbre qui dépérit presque immédiatement. La bouche de l'ombre se pinça, quelque part dans le monde des rêves, des légendes étaient oublié. Il ne pouvait pas utiliser cette magie plus longtemps.

♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠~♣~♥~♦~♠


Revenir en haut Aller en bas
http://monde-de-libellules.overblog.com/
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le belle forêt des contes de fée

Revenir en haut Aller en bas

Le belle forêt des contes de fée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Potter-magie :: Monde :: Les terres d'ailleurs-
Sauter vers: